Saveurs de France avale Brossard

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

En rachetant Brossard à l'américain Sara Lee, la PME française fait son entrée dans la pâtisserie industrielle.

Sara Lee jette l'éponge. Quatre ans après le rachat du pâtissier Brossard, le géant américain (20,27 milliards d'euros de chiffre d'affaires) s'est résolu à vendre l'entreprise à Saveurs de France, spécialisée dans les produits surgelés à base de pâte feuilletée. Une décision aux allures d'échec pour l'américain qui a dû admettre que « l'internationalisation des goûts sur laquelle reposait son projet n'existait pas dans la pâtisserie industrielle ».

Pour Sara Lee, la cession de Brossard s'inscrit dans le cadre d'un vaste plan de restructuration entamé depuis plusieurs années et qui s'accélère. Poussé par la Bourse américaine qui le juge trop diversifié, le conglomérat américain, présent dans 140 pays, se voit contraint de se concentrer sur ses marques les plus fortes : Justin Bridou, Maison du Café, Bénénuts et Aoste, dans l'alimentaire ; Playtex et Dim, dans la lingerie et les sous-vêtements ; Ambi-Pur, Monsavon et Sanex, dans les produits d'hygiène et d'entretien domestique.

Un pari risqué

Chez Saveurs de France, on se frotte les mains. Jusqu'ici spécialisée dans les produits apéritifs, les entrées et les feuilletés surgelés, ce rachat lui permet de faire son entrée dans les pâtisseries industrielles, mais aussi au rayon épicerie. Brossard étant à la fois présent dans le rayon grand froid et au rayon ambiant.

Saveurs de France mise énormément sur la notoriété de Brossard, au point que sa direction a décidé d'en faire la nouvelle marque vedette du groupe, au détriment de Pikiche, qui devrait s'effacer progressivement. Un pari qui n'est pas sans risque. Sur le dernier exercice, Brossard affichait une perte de 15,24 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 122,57 millions. Saveurs de France, qui récupère deux usines - le site de Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne) et celui de Pithiviers (Loire) - devra réussir à absorber les frais de restructuration.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1707

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA