Tout le dossier Tout le dossier

La conso s'engage : savoir jusqu'où nettoyer ses recettes

Partager
La conso s'engage : savoir jusqu'où nettoyer ses recettes
Savoir jusqu'où nettoyer ses recettes.

Yuka, MyLabel, Open Food Facts, Y’a quoi dedans chez Système U ou encore le Nutri-score… Aujourd’hui, les consommateurs peuvent évaluer partout et à n’importe quel moment le profil nutritionnel des produits. Si certains de ces outils, notamment les applications, peuvent paraître « gadgets », ils sont néanmoins largement utilisés par les Français, désormais très attentifs à la liste des ingrédients qu’ils ingèrent. Face à un shopper acteur de sa consommation, les industriels n’ont plus d’autre choix que de se pencher sérieusement sur leurs recettes. Un processus enclenché depuis plusieurs années. « De 2015 à 2020, il y a eu une baisse du nombre d’ingrédients dans les produits pouvant aller jusqu’à 30 % », confie Xavier Terlet, directeur général de Protéines XTC. En effet, Intermarché a déjà amélioré 1 000 recettes de son catalogue depuis 2019 et s’engage à en revoir 6 500 d’ici à 2025 avec moins de pesticides, d’additifs, de sucre et de gras. Carrefour opère sur le même sujet, et les industriels suivent la tendance.

Une qualité organoleptique irréprochable

Marie, dont 78 % des recettes affichaient un Nutri-score A ou B fin 2021, se rapproche de fournisseurs plus clean pour améliorer ses recettes avec, par exemple, un approvisionnement en lardons sans nitrites. Bel affirme n’utiliser que quatre ingrédients dans la composition de son fromage La Vache qui Rit, et Danone Produits frais France indique rénover environ 20 % de son portefeuille chaque année. De manière générale, selon le rapport de l’Observatoire de la qualité de l’alimentation mené par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, sur 30 125 données produits collectées entre 2008 et 2016 dans 20 catégories d’aliments (à l’exception de la confiserie), la proportion de ceux sans additifs est passée de 13,7 % à 18,3 %.

Si le monde de l’agroalimentaire travaille sur la réduction du nombre d’ingrédients, une question se pose quant aux remplacements de certains éléments essentiels pour assurer la conservation des produits et garantir une qualité organoleptique irréprochable. Car si le consommateur souhaite avoir dans son assiette des produits les plus clean possible, il n’est cependant pas prêt à faire l’impasse sur certains points et ne veut pas avoir un jambon gris, des confiseries transparentes ou des durées de conservation moins longues pour certains aliments. Des solutions existent, certes, comme l’utilisation d’épices pour remplacer les conservateurs, mais tous les composants n’ont pas d’alternatives. Le zéro additif ne sera donc pas possible. « Il faut assurer une garantie sanitaire à nos produits », affirme Philippe Rondeau, directeur du développement durable chez le fabricant Sodebo.

PARCOURIR LE DOSSIER

LSA Green

La conso s'engage : les contradictions du circuit court

Entreprises

La conso s'engage : séduire des salariés de la jeune génération

Agroalimentaire

La conso s'engage : jusqu'où aller dans la chasse au sucre ?

Agroalimentaire

La conso s'engage : tendre vers le zéro gaspillage alimentaire

Distribution alimentaire

La conso s'engage : de la nécessité de valoriser les filières

Développement durable

La conso s'engage : le cercle vertueux des achats responsables

RSE

La conso s'engage : la parentalité, clé pour améliorer la parité

Développement durable

La conso s'engage : réparer, grande cause nationale

LSA Green

La conso s'engage : le (trop) plein de bornes de recharge électriques ?

LSA Green

La conso s'engage : la manutention, moins rude mais plus intense

LSA Green

La conso s'engage : le tortueux destin du Nutri-score

LSA Green

La conso s'engage : la chère image de la seconde main

LSA Green

La conso s'engage : les légumineuses, l'ingrédient qui monte

LSA Green

La conso s'engage : l'éolien, une énergie de plus en plus sensée

Made in France

La conso s'engage : le made in France, quoi qu'il en coûte ?

Bio

La conso s'engage : débat sur le rythme des conversions en bio

Développement durable

La conso s'engage : des produits de beauté à vite recycler

LSA Green

La conso s'engage : protéger coûte que coûte la biodiversité

Développement durable

La conso s'engage : plus de transparence sur l'empreinte carbone

Développement durable

La conso s'engage : énergie, économiser aussi ses mots

RSE

La conso s'engage : le retail, source d'emploi pour les handicapés

Développement durable

La conso s'engage : le vrac, l'art et la manière

Développement durable

La conso s'engage : réduire toujours plus les emballages

Développement durable

La conso s'engage : l'impératif économique de rouler à l'électrique

Développement durable

La conso s'engage : des toits verts, bien plus que de l'esthétisme

Développement durable

La conso s'engage : vers la réduction du suremballage

Consommation

La conso s'engage : les salariés, futurs ambassadeurs de la RSE

RSE

La conso s'engage : la carte maîtresse des seniors

Consommation

La conso s'engage : des promotions, oui, mais plus transparentes

Développement durable

La conso s'engage : vers des emballages moins polluants

Consommation

La conso s'engage : aider les étudiants, une mission essentielle

Développement durable

La conso s'engage : économiser les réserves d'or bleu

Energie

La conso s'engage : électricité d'origine verte, ou droit à polluer?

RSE

La conso s'engage : vers des magasins (enfin) plus inclusifs

Jouet - Puériculture

La conso s'engage : l'égalité des genres, un jeu d'enfant?

Distributeurs

La conso s'engage : le mécénat, atout pour fidéliser ses salariés

LSA Green

La conso s'engage : la consigne prépare son grand retour

Industriels

La conso s'engage : partenariats, allier urgence et pragmatisme

LSA Green

La conso s'engage : éduquer sur les violences faites aux femmes

LSA Green

La conso s'engage : quand les abeilles colonisent l'urbain

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

Tous les événements

Les formations LSA CONSO

Toutes les formations

LES SERVICES DE LSA CONSO

Trouvez les entreprises de la conso qui recrutent des talents

HAYS

Ingénieur commercial ENR H/F

HAYS - 07/02/2023 - CDI - Millau

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par
LSA

ARTICLES LES PLUS LUS