Scottish & Newcastle accepte de discuter avec Carlsberg et Heineken

|

Le brasseur britannique a indiqué qu'il acceptait d'entamer des discussions avec ses deux concurrents qui veulent le racheter, sur la base d'une offre à 800 pence par action, soit une valorisation d'environ 10,3 milliards d'euros.

 Les trois groupes ont demandé au régulateur des fusions britannique, le Takeover Panel, de bien vouloir repousser jusqu'au 24 janvier la date limite du 21 qu'il avait accordée à Carlsberg et Heineken pour formuler une offre en bonne et due forme. Le Panel a aussitôt accepté.
Si l'opération aboutit, Heineken récupérera les activités britanniques, portugaise, belge, finlandaise. Carlsberg s'attribuerait les activités grecques et françaises avec Kronenbourg, qui reste numéro un en France avec une part de marché de 35%. Il obtiendrait surtout les 50% restants de la cOEntreprise qu'il possède en Russie avec Scottish & Newcastle, Baltic Beverages Holding, qui détient 10 % du marché local avec sa marque principale, Baltika.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter