Marchés

Seb, une réussite à la française

|

Après un cru 2010 record, le groupe de petit équipement domestique a réédité l'exploit en 2011 avec une nouvelle croissance de ses ventes et de ses bénéfices, notamment hors de nos frontières.

Thierry de La Tour d’Artaise
Thierry de La Tour d’Artaise© PHILIPPE SCHULLER/ SEB

Une sorte de The Artist du petit équipement ménager ! Après une année 2010 record, Seb a encore signé un exercice en hausse en 2011. Avec une croissance de 8,5% de ses ventes, le groupe français a réalisé un chiffre d'affaires frôlant les 4 milliards d'euros, pour un résultat net de 235 millions d'euros, en croissance de 6,4%. « Au niveau mondial, nous avons gagné 0,3 point de part de marché », se félicite Thierry de La Tour d'Artaise, le PDG de Seb. Leader mondial du petit équipement domestique (petit électroménager et articles culinaires), Seb est numéro un en Europe occidentale, en Russie, au Mexique et au Brésil. Mais le groupe hexagonal est aussi leader des ustensiles de cuisine aux États-Unis, au Japon, en Chine ou encore en Ukraine. Un bien joli palmarès !

Si la France représente encore 18 % des ventes du groupe, c'est désormais hors de nos frontières que Seb se développe. « Nous réalisons 80 % de notre chiffre d'affaires à l'export et les trois quarts de notre croissance en volume proviennent des pays émergents, de la Chine en particulier », souligne Jean-Pierre Lac, directeur général adjoint chargé des finances du groupe. Cet essor résulte de plusieurs choix stratégiques, comme le recentrage des productions françaises vers les produits innovants. « Nous figurons parmi les " derniers des Mohicans " à produire encore en France 35% de notre chiffre d'affaires mondial, soit quelque 90 millions de produits par an », rappelle Thierry de La Tour d'Artaise.

Chiffres

3,96 Mrds €

Le chiffre d'affaires en 2011 (+ 8,5% versus 2010)

453 M €

Le résultat opérationnel en 2011 (+ 3,5% versus 2010)

24 usines

Dont 11 en France

Source : Seb

 

Croissance externe

Le second facteur du succès de Seb est son développement volontariste à l'étranger. En 2011, le groupe a ainsi finalisé trois acquisitions : Imusa en Colombie, Air Fan au Vietnam et Maharaja Whiteline en Inde. « Cela nous permet de mieux percer sur un nouveau marché, en nous appuyant sur des marques connues, des forces de vente, des capacités de production et des compétences existantes », poursuit le PDG du groupe. Seb n'hésite d'ailleurs pas à développer ses propres magasins quand « la distribution n'est pas encore structurée ». Le groupe dispose ainsi de 40 points de vente au Vietnam, 40 au Brésil, 20 en Colombie et... 1 013 en Chine, où il compte en ouvrir encore 200 en 2012 !

THIERRY DE LA TOUR D'ARTAISE, PDG DU GROUPE SEB« Fabriquer en France pousse à innover »

LSA - De votre propre aveu, le groupe Seb est désormais parmi les « derniers des Mohicans » à produire en France. Et ce avec succès. Comment expliquez-vous cette réussite ?

Thierry de La Tour d'Artaise

- Nous avons toujours été pragmatiques. Quand nous avons vu arriver sur le marché français, au milieu des années 2000, des produits asiatiques de petit électroménager à très bas coût, nous avons compris que nous ne pourrions pas nous aligner avec des marchandises similaires fabriquées en France. Il y a ainsi des produits comme les toasters ou cafetières filtre que nous ne produisons plus dans l'Hexagone. Nous avons donc axé notre production française vers les articles innovants, telle notre friteuse sans huile Actifry : nous pensions en vendre 250 000 pièces par an et finalement, nous en vendons plus d'un million chaque année ! Fabriquer en France pousse à innover.

LSA - Mais vous n'avez pas hésité à aller conquérir de nouveaux marchés...

T. de La T. d'A.

- L'essor industriel de pays comme la Chine a permis le développement d'une classe moyenne. Au début, comme beaucoup d'entreprises occidentales, nous avons visé les classes aisées. Mais elles n'étaient pas assez nombreuses. Seb a donc fait le choix stratégique de cibler les classes moyennes. En fait, les pays émergents vivent aujourd'hui la même évolution que celle qu'a connue la France dans les années 70 avec l'urbanisation, la hausse du pouvoir d'achat et le développement d'une distribution moderne. À nous de savoir nous adapter pour répondre à leurs demandes.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message