Secteur Achats/Marketing : Styliste

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dossier Le styliste traduit les évolutions des tendances et des modes de consommation afin d’orienter les achats. Il participe à la sélection et parfois à la conception d’assortiments pour les marques propres de l’enseigne. Il assure également une veille concurrentielle sur les produits tendances, innovants aux niveaux national et international.

 

Tableau récapitulatif de la profession

 

Salaire
Jeune cadre : entre 30 et 35 K€
Cadre confirmé : entre 35 et 50 K€
Les fourchettes de rémunération sont données à titre indicatif.
Les rémunérations peuvent varier en fonction de l’enseigne, de la taille, du magasin, des effectifs encadrés, du niveau d’expérience…
Qui recrute ?
- Les grands magasins.
- Les magasins multicommerces ou les magasins spécialisés. 
- Les bureaux de style indépendants recrutent
également des stylistes en tant que conseils auprès d’industriels ou de distributeurs.
Rattachement hiérarchique
- Directeur marketing
- Directeur commercial
- Directeur artistique
- Directeur du style
Relations fonctionnelles
En interne :
- Direction des achats
- Direction du marketing
- Direction de la communication
- Métiers commerciaux
En externe :
- Créateurs
- Agents représentant les marques
- Bureaux de style indépendants
- Stylistes en free-lance

 

 

Activités principales

Observation et définition des tendances

 

• Participer ou définir les grandes tendances en matière de marketing et de consommation et les situer par rapport au marché et à la clientèle.
• Elaborer deux fois par an les cahiers de tendances ou les dossiers stylistiques afin d’illustrer en images et par quelques messages clés, les traits caractéristiques de la saison.
• Présenter les tendances aux services commerciaux et achats, en insistant sur les messages forts à faire passer au niveau des achats et de la communication visuelle.
• Travailler en collaboration avec le marketing, les achats afin d’influencer les choix selon les tendances marquantes de la saison.

Sélection des assortiments

• Définir les matières, les couleurs qui vont marquer la saison.
• Prospecter les marques et effectuer des rendez-vous d’achats avec les acheteurs de l’enseigne.
• Impulser des idées nouvelles lors de la constitution des assortiments de produits, des collections.

Communication et valorisation des produits en cohérence avec l’image de l’enseigne

• Intervenir dans la sélection des thématiques dans le cadre des opérations de communication interne ou externe.
• Contribuer avec les services de presse, de communication… au choix des articles à mettre en avant dans les supports de communication.
• Coordonner et contribuer à la valorisation des produits dans la surface de vente.
• Proposer des évènements à la direction : certains stylistes organisent par exemple des expositions ou des défilés sur des thématiques spécifiques liées à la tendance du moment.
• Participer à l’établissement du planning de mise en place des thématiques pour le ou les magasin(s).

Veille concurrentielle nationale et internationale

• Effectuer une veille concurrentielle aux niveaux national et international.
• Se rendre sur des salons professionnels ou des défilés afin de repérer et d’analyser les nouveautés et les tendances à privilégier.
• Réaliser des visites chez des créateurs ou des fournisseurs.
• Rédiger les comptes rendus des salons pour mettre en perspective les nouveautés avec le cahier des tendances.

Activités éventuelles

Après quelques années d’expérience, le styliste peut coordonner le travail d’autres stylistes internes ou exercer en free-lance.

Variabilité des activités

Le travail de coordination avec le service achats est plus ou moins développé selon l’organisation de l’enseigne.

Par exemple, la rédaction des books peut être réalisée en collaboration avec les acheteurs, afin d’orienter les achats vers les nouvelles tendances ou les produits innovants. Dans ce contexte, les visites chez les nouveaux créateurs peuvent être effectuées ensemble ainsi que la sélection des références retenues.

Le styliste peut travailler sur des produits en marque propre de l’enseigne et dans ce cas, il aide les acheteurs à créer les collections. Il intervient alors sur le choix des thématiques de la collection, le développement stylistique des produits, la sélection des tissus, les gammes de couleurs, la sélection des formes…

Dans les grands magasins ou les concepts stores, il aura à réfléchir sur les implantations des nouvelles marques. Il interviendra pour préserver la cohérence d’ensemble du ou des point(s) de vente. Il est régulièrement amené à travailler avec les équipes commerciales.

Facteurs d’évolution du métier

La part d’innovation et de créativité devient de plus en plus importante dans le métier de styliste. En effet, les enseignes cherchent à se différencier par leur image et les concepts innovants. La recherche de nouvelles tendances lors de salons, la découverte de nouveaux créateurs y compris à l’international prennent une part importante de l’activité. Les implantations des marques dans le magasin seront réfléchies également afin de créer des ambiances originales et en adéquation avec l’image souhaitée par l’enseigne. Le styliste est amené à développer ses coopérations avec les différents services comme la communication, l’identité visuelle, le merchandising…

L’utilisation des logiciels de traitement d’images se développe, permettant de réaliser des books de tendances très attractifs qui servent de support aux échanges avec les autres services. Les recherches à partir d’Internet sont de plus en plus utilisées, elles facilitent la veille concurren-
tielle internationale à mener, à la fois dans son domaine mais également, de manière plus large, sur la culture de la mode et de l’art.

Le développement durable et le respect de l’environnement commencent à s’imposer dans les choix des stylistes.
Pour tout type de produits (le textile, l’ameublement, la décoration, le bricolage…), les critères environnementaux font évoluer progressivement les comportements d’achat des consommateurs. Le styliste devra mettre en avant les tendances et les produits innovants en intégrant ces nou-
veaux usages.

 


Diplômes requis

 

• Écoles de mode (par exemple BTS Design de mode, textile et environnement option mode…)
• Diplôme Supérieur des Arts Appliqués comme le Master DSAA Mode et environnement ou le DSAA Créateur-concepteur textile

Durée d’expérience

L’accès à ce métier se fait souvent après avoir occupé un poste d’assistant styliste ou de styliste junior. Une expérience d’au moins 3 à 5 ans est requise pour être autonome sur l’ensemble des activités du styliste.

Compétences techniques

• Bonne culture de la mode et des tendances artistiques.
• Maîtrise d’un logiciel de traitement d’images comme Photoshop ou Illustrator.
• Maîtrise des process commerciaux et des achats.
• Bonne connaissance des produits distribués (matières,  matériaux, méthodes de fabrication…).
• Connaissances des techniques de marketing et merchandising.
• Maîtrise des supports de communication.

Traits de personnalité

• Créativité et goût pour l’innovation : disposer d’un certain don pour détecter les tendances qui vont marquer la saison.
• Capacité d’anticipation pour repérer les tendances innovantes avant les autres distributeurs.
• Sens de la mode, de l’esthétique, des courants de la société, bonne culture générale artistique…
• Sensibilité à l’harmonie des couleurs et aux nouvelles tendances.
• Sens des volumes et des matières afin de repérer les produits bien structurés ou originaux.
• Sens commercial pour identifier les produits qui vont se vendre et qui respectent l’image de l’enseigne pour intégrer une dimension commerciale dans ses orientations innovantes et créatives.
• Capacité d’analyse et de synthèse pour faire passer les messages importants auprès des autres services.
• Curiosité et ouverture d’esprit.
• Conviction et pédagogie afin d’argumenter ses choix et faire passer les idées.

 

Postes précédents (P-1)

• Assistant styliste

Evolutions professionnelles (P+1)

• Responsable de style
• Directeur de collection
• Directeur artistique

Exemple d’offre

Styliste conceptuel H/F-Lille métropole (59)
35 à 40 K€/an

Cette société de distribution textile se caractérise par une culture d’entreprise motivante et appréciée en interne ainsi que par des projets d’envergure. L’important développement du réseau (en France et à l’international) et le souhait de proposer une offre produit pertinente l’amè-
nent à étoffer ses équipes et à recruter un styliste conceptuel.

En rattachement hiérarchique à la coordinatrice de style, la mission consiste à :
– se tenir en alerte permanente sur l’évolution de la mode et informer régulièrement l’équipe PAP,
– capter les tendances de la mode et du marché, les réinterpréter et déterminer les thèmes de la saison en cohérence avec la cible visée. Cela implique de s’appuyer sur les informations recueillies auprès du cabinet de style, des visites de salons professionnels, des shoppings, des ren-
contres fournisseurs et des piges magazines,
– présenter les thèmes en interne lors des briefs de style,
– synthétiser et transmettre votre travail de veille aux chefs de produit, acheteurs, stylistes opérationnels et modélistes,
– participer aux réunions de validation des collections,
– travailler en étroite relation avec l’équipe marketing/communication et merchandising.
De formation style de type ESMOD, vous présentez une expérience minimale de 5 années sur un poste similaire.
Vous avez acquis votre expérience en centrale d’achats, dans le secteur du prêt-à-porter idéalement femme. Vous pouvez présenter une complémentarité d’expériences en cabinet de style. Vous connaissez les matières et les process et maîtrisez l’anglais. Votre passion pour la mode, votre curiosité, votre ouverture d’esprit, votre réactivité et votre réalisme commercial sont nécessaires pour détecter les nouvelles tendances. Créatif(ve), vous faites preuve de conviction et êtes force de proposition. Votre aisance relationnelle vous permettra de vous intégrer
rapidement à l’équipe.
Source : Apec

Exemple d’offre

Coordinateur de style enfant H/F-Métropole lilloise (59)
50 K€/an

Notre client, acteur majeur de la distribution sur un périmètre international, recherche, un coordinateur de style
enfant.
Rattaché à la directrice de collection enfant, le coordinateur de style met en évidence les tendances des marchés pour permettre aux équipes la construction de collections adaptées aux attentes des clients.
Votre mission polyvalente vous amène à :
– Animer une équipe de 6 à 8 stylistes et infographistes, assurer la coordination de leur activité,
– Garantir la cohérence de l’ensemble de l’offre des stylistes,
– Assurer une veille permanente sur les évolutions des tendances, les analyser et les formaliser sous forme de recommandations adaptées au positionnement de l’Enseigne,
– Effectuer régulièrement des visites magasins, des visites de concurrence, des shoppings et participer aux principaux salons,
– Elaborer votre plan de gamme style en matière de tendances, coloris, matières, formes, et réaliser les cahiers de tendances par marché et par cible,
– Valider les thèmes, gammes et cadencements choisis par le styliste de chaque marché,
– Conseiller les responsables de collection et les chefs de marché sur les choix des produits, sur les actualisations et ajustements à opérer en cours de saison, et s’assurer de l’absence de doublon entre les différents marchés,
– Organiser et planifier votre activité afin de travailler en parallèle sur la construction des collections futures et sur l’actualisation des collections en cours,
– Participer à l’évolution des outils, méthodes inhérents au service,
– Effectuer un reporting régulier auprès du chef de marché et de la directrice de collection.
Le poste est basé sur Lille. Des déplacements France et International sont à prévoir.
Diplômé d’une école de stylisme (de type ESMOD, ESAAT, DSAA, etc.) ou d’une école de commerce type ESC, doté d’une forte sensibilité marketing et produit, le candidat justifie d’une expérience d’au moins 5 ans minimum ans d’expérience globale.
La maîtrise de l’anglais (technique et opérationnelle) et une expérience en management sont indispensables.
Vous possédez les compétences suivantes :
–Qualité relationnelle, grande capacité d’adaptation,
–Maturité, aplomb,
–Rigueur, organisation, méthode, planification,
–Capacité à anticiper,
–Goût pour l’analyse, sens marketing développé,
–Leader, animateur, développeur de compétences,
–Etat d’esprit positif, enthousiasme,
–Autonomie, force de proposition,
–Curiosité, créativité, inventivité, innovation.
Source : Apec

 

Régine Béraud, Directrice du style, Le Bon Marché Paris

« C’est un métier qui ne se fait pas sans passion. Il faut être très curieux, tout contribue à la mode, tout participe à l’air du temps. Il faut sans cesse élargir ses connaissances et être en recherche de tendances. Une part de suggestion, d’intuition est nécessaire dans ce métier. »

Après avoir obtenu un diplôme aux Beaux Arts, Régine Béraud a suivi pendant un an une formation à la Chambre Syndicale de la Haute Couture à Paris.

Son expérience professionnelle est très diversifiée. Elle a commencé à travailler en tant qu’indépendante comme styliste pour le Printemps, puis a intégré cette enseigne ; elle y est restée neuf ans. Elle a ensuite exercé dans différents bureaux de style renommés comme celui de Marion Guilbert ou encore Maimée Arnaudin Fayolles International Associés.

Elle est recrutée au Bon Marché en 1988 avec, au début, une activité couvrant la mode femmes, hommes et enfants.
Depuis dix ans, elle a la responsabilité de la mode femmes.
Le bureau de style du Bon Marché est également composé de trois autres stylistes pour les départements Balthazar, l’accessoire et la maison.

L’activité de Régine Béraud est rythmée par des déplacements dans des salons ou des défilés. Certains salons comme le salon Première Vision de Villepinte lui semblent incontournables.

« Dans ce salon, analyse et synthèse permettent de repérer les nouvelles matières et d’identifier la ou les couleurs qui vont marquer la saison. »
Elle se rend également dans les principaux salons étrangers pour maintenir une veille sur la mode à un niveau international.

Son travail consiste ensuite à élaborer un cahier des tendances (deux par an : été/hiver), tendances qui lui apparaissent comme marquantes et importantes à anticiper. Elle présente ce document à la direction commerciale et aux acheteurs en insistant sur les messages forts à intégrer dans l’élaboration de l’offre du magasin et des collections.

« Pour être styliste, il faut comprendre la stratégie générale d’un grand magasin ou d’une marque, connaître la clientèle et le marché. Il faut savoir aller à l’essentiel dans ses échanges, et être force de propositions pour impulser des idées innovantes. »

Une partie importante de son activité consiste également à faire de la prospection avec les acheteurs auprès des différentes marques. Pour elle, le styliste doit détecter les articles innovants correspondant aux tendances à mettre en avant. Ce choix permet de se différencier par rapport aux
autres enseignes.

« Chaque enseigne achète une marque de manière différente selon son image et les concepts qu’elle souhaite privilégier.
Cela nous permet de nous distinguer de la concurrence tout en achetant parfois les mêmes marques. »

Grâce à son expérience, Régine Béraud aide les acheteurs et participe à leur formation. Le styliste est là pour orienter et conseiller : c’est un travail qui se fait en étroite collaboration avec les acheteurs et se fait dans l’échange permanent.

Deux fois par an, après la période d’achat, Régine Béraud réalise, avec le bureau de presse du Bon Marché, un look book, qui permet de visualiser une tendance à travers des photos ou des messages courts. Ce document peut par exemple présenter un nouveau créateur, une nouvelle marque ou une composition autour d’une couleur tendance. Elle cherche à décrypter les courants de la société qui pourraient donner lieu à une nouvelle tendance dans la mode. Ce look book est envoyé aux différentes rédactrices afin d’obtenir des parutions dans la presse spécialisée.

« L’anticipation est majeure dans le métier. L’objectif est d’être prescripteur dans une tendance de mode afin de l’imposer par la suite comme une référence. »

Le métier de styliste exige un travail important de coopération et d’échanges avec les autres services : les achats, les commerciaux, le visual merchandising, la communication.

Des réunions ont lieu régulièrement afin d’échanger sur les tendances à privilégier.

Le métier de styliste exige un travail important de coopération et d’échanges avec les autres services : les achats, les commerciaux, le visual merchandising, la communication.
Des réunions ont lieu régulièrement afin d’échanger sur les tendances à privilégier.

Régine Béraud insiste sur l’intérêt de travailler dans un magasin tel que Le Bon Marché. « Quand on est styliste chez un créateur, on a tendance à s’enfermer, alors que l’expérience dans un grand magasin est riche, plus diversifiée et permet de travailler avec différents métiers. »

En partenariat avec

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA