Secteur laitier : les négociations avec la grande distribution se passent mal

|

Alors que la production laitière baisse, les produits industriels voient, mécaniquement, leurs prix augmenter. La Fédération Nationale des Industries Laitières (FNIL) demande à la distribution de cesser leur politique tarifaire et d’accepter les hausses de prix demandées par les fournisseurs.

Tensions entre les distributeurs et les industriels du laits pour les négociations commerciales 2017
Tensions entre les distributeurs et les industriels du laits pour les négociations commerciales 2017© PhotoSG

Après plusieurs années de surproduction de lait, les volumes se sont effondrés au second semestre 2016 (-7 % en France et -4 % en Europe). Conséquence d’un rééquilibrage brutal des marchés, les produits laitiers industriels ont connu une vigoureuse remontée des prix pour atteindre des niveaux très élevés. Dans le même temps, les prix de vente aux consommateurs sont en recul de 1,5 % (INSEE) et ceux des produits laitiers sortie usine ont chuté de 3,1 % (INSEE). Alors que dans d’autres pays européens, des hausses ont été appliquées aux produits de grandes consommations lors des négociations commerciales de l’automne 2016, en France la situation est loin d’être similaire.

Tension entre la distribution et les fournisseurs

La Fédération Nationale des Industries Laitières (FNIL) dénonce le refus des distributeurs français de prendre en compte les hausses de prix pour le marché laitier. Selon la FNIL, les enseignes exigeraient même de leurs fournisseurs des baisses supplémentaires et continueraient d’appliquer des tarifs et des promotions décidés en 2016 alors que le marché s’est retourné. La Fédération demande donc à la distribution d’accepter les hausses demandées par les fournisseurs. "Si les prix ne remontent pas en 2017 à des niveaux supportables pour les producteurs de lait, c’est toute la filière qui sera sinistrée avec des conséquences dramatiques pour toute l’agriculture française et la vie économique des territoires ruraux. Les distributeurs doivent assumer leurs responsabilités", indique la FNIL dans un communiqué.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter