Semestriels Casino : les déclarations de Jean-Charles Naouri à retenir

|

Jean-Charles Naouri, p-dg de Casino, s'est exprimé sur la situation du groupe lors des résultats semestriels, soulignant les opérations menées pour réduire la dette, les prochains sujets stratégiques mais sans commentaire sur la situation de Rallye. Voici un condensé des déclarations à retenir.

Jean-Charles Naouri, p-dg du groupe Casino, n'a fait aucun commentaire sur la situation de Rallye, mis sous procédure de sauvegarde en mai 2019. Mais selon David Lubek, CFO, Casino et Rallye sont deux entreprises bien distinctes.
Jean-Charles Naouri, p-dg du groupe Casino, n'a fait aucun commentaire sur la situation de Rallye, mis sous procédure de sauvegarde en mai 2019. Mais selon David Lubek, CFO, Casino et Rallye sont deux entreprises bien distinctes.© Casino/AlexandreFitter/DPMultimedia

Sur les cessions

"La dette était de 7,7 milliards en 2014 ; Elle est passée à 3,7 milliards en 2017 puis 2,7 milliards en 2018 et elle finira à 2 milliards d’ici la fin de l’année. Nous prévoyons de descendre notre niveau d’endettement sous les 1,5 milliard fin 2020." (Lire ici tous les résultats du groupe)

"Nous avons vendu 15 hypermarchés et nous allons céder 5 autres à terme. Détenir les actifs n’est plus gage de rentabilité. Avec Franprix, 80% des magasins sont en franchise et nous ne sommes propriétaires d'aucuns murs et c’est pourtant l’enseigne la plus rentable du groupe. Investir dans l’immobilier en imaginant être gagnant sur le long terme n’est plus vrai aujourd’hui. La création de valeur passe par la croissance du cash-flow."

"Pour définir notre plan de cessions, nous avons étudié quels sont les actifs qui dans 5 ans auront une valeur actuelle inférieure à la valeur actuelle. Si elle est en baisse, il est de notre devoir d’engager un processus de cession. Il y a des zones plus ou moins porteuses en France. Les régions du Grand Paris, Rhône-Alpes et PACA le sont – et nous réalisons les deux tiers de notre chiffre d’affaires sur ces zones – tout  comme certaines villes à la population démographique dynamique comme Bordeaux ou Toulouse."

"Céder des actifs se fait en améliorant les mix formats et en tenant compte des indicateurs de marge. Franprix se situe à 50 %, Monoprix à 36 % et les hypers à 25 %."

"Des synergies sont à envisager avec les enseignes Monoprix et Franprix mais chacun conserve sa propre identité et ses atouts."

Sur la situation de la maison mère Rallye 

"Je ne ferai aucun commentaire sur la situation de Rallye dont la communication reste normée par la loi."

"Il n'y aura pas de dividendes versées pour 2020 par Casino"

Au sujet du digital

"Le digital est un pilier de notre plan stratégique. Il représente 18 % de notre volume d’affaires en France et nous prévoyons d’atteindre 30 % dans les deux ans sur le non-alimentaire et l’alimentaire."

"Avec Cdiscount, nous voulons gagner 4 à 5 points de quote-part avec la marketplace."

"Avec Casino Max, nous visons un taux d’usage de 25 % d’ici la fin de l’année et 40 % d’ici 2020, sachant qu’aujourd’hui 19 % de notre chiffre d’affaires passe par cet outil."

"Sur l’alimentaire, le partenariat avec Amazon doit permettre de générer 150 à 200 millions d’euros de CA. Nous accélérons en livrant des villes en dehors de Paris. Avec Ocado, nous estimons le potentiel environ 500 millions d’euros en 3 à 5 ans avec un projet d’ouverture d’un second entrepôt dans le sud de la France en cas de succès."

Sur l’Amérique Latine

"En Amérique Latine, une simplification de la structure était demandée. Il n’y a désormais qu’une seule société détenue majoritairement à 41,4 % par Casino. Cette organisation permettra de faire entrer potentiellement de nouveaux investisseurs internationaux."

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter