Senoble laisse Depardieu coi

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Fini sa cure de pâtes Barilla ! Avant de croquer du sanglier dans le nouvel « Astérix », Gérard Depardieu rend un muet - mais boulimique - hommage au savoir-faire de Senoble sur les entremets. Mis en boîte par Bertrand Blier.

«Le silence est une puissance redoutable pour qui sait le manier » : Senoble a décidé de faire sienne cette sage parole. Pour tout exprimer de « l'ultragourmandise » - Senoble dixit - de son moelleux au chocolat et de son île flottante, le spécialiste laitier a décidé de n'en rien dire. Et c'est Gérard Depardieu, lui-même, qui s'y colle comme faire-valoir « taiseux » des goûteux desserts. Tandis que derrière la caméra, Bertrand Blier en personne s'évertue à lui délier la langue

Subtile mise en abîme : c'est au tournage même de la pub qu'on assiste. Clap du metteur en scène : « Senoble Moelleux première ! » La caméra s'approche de notre Gégé tout entier absorbé dans la dégustation de l'entremets. « Bon, ben c'est quand tu veux Gérard, là hein pour le texte », insiste la voix off de Bertrand Blier. Oeillade un tantinet agacée de Depardieu que son compère dérange visiblement dans sa délectation « Tu sais là, le texte ! Le chocolat grand arôme, Senoble et tout ça Il faut le dire ! » Silence. « T'es trop dans le produit là ! Je sais bien que c'est une pub, mais quand même »
 

Faire sentir le « côté Senoble »

Même insistance de Blier, même mutisme boulimique de Depardieu dans le tournage du deuxième film sur l'île flottante : « Bon, ben là c'est pareil çà pourrait être n'importe quelle île flottante ! Moi je voudrais sentir le côté Senoble, les oeufs frais, le caramel Ça doit pas être impossible de dire un peu de texte. Entre deux cuillerées ! » Depardieu merci si ! Ce qui permet de chuter sur le nouveau slogan de la marque : « Senoble, oubliez le reste. »

Sacré pari que cette communication basée sur le non-dit. Mais l'ellipse fonctionne, suggérant proprement « l'indicible » de la marque. Plus prosaïquement, celle-ci cherche aussi à accroître sa notoriété qui n'atteint pas encore les 20 % spontanés. À moins que l'ego, même muet, du « Depardiou» ne vampirise le film, le fait est que, l'air de rien, le mot « Senoble » y est moult fois répété, grâce aux rappels à l'ordre réitérés de Blier.

Cette communication est en tout cas plus en phase avec la maîtrise de Senoble en desserts que la précédente, des plus indigestes. Vite baptisée « les pétasses » par les initiés, elle montrait les minauderies ineptes de midinettes médisantes. Plutôt déclassant pour de la gourmandise haut de gamme. Indigne de Senoble et de la gent féminine ! Tout serait pour le mieux dans cette communication sans une exigence de Gérard Depardieu qui retire à ce gâteau la cerise dont nous l'aurions volontiers décoré. L'acteur ne « trempant » sans doute dans la communication de masse que du bout des lèvres, refuse que sa photo dans la publicité soit reproduite par la presse. Muet passe encore, invisible, zut ! À vos écrans donc, à partir du 2 février, pour voir notre monument national décidément aussi Senoble que snob. Gégé tu exagères !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1753

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA