Serge Jacquemier, l'artisan du succès mondial de Sophie la Girafe

|

Dossier En une dizaine d’années, Serge Jacquemier a décuplé le chiffre d’affaires de Vulli en développant les gammes du fabricant de jouets savoyard et en exportant sa girafe iconique. Le dirigeant est la personnalité de l'année de l'édition 2017 des Trophées LSA de l'Innovation, dans la catégorie Industriel PME-ETI.

Serge Jacquemier, l'artisan du succès mondial de Sophie la Girafe
Serge Jacquemier, l'artisan du succès mondial de Sophie la Girafe© DENIS/REA

A bientôt 73 ans, Serge Jacquemier n’a rien perdu de son âme d’en­fant. Et pour cause : cela fait plus de quarante ans qu’il exerce dans le jouet. « Je n’ai jamais eu l’impression de travailler : je me suis toujours amusé », confie-t-il. La retraite ? Ce natif de Rumilly, en Haute-Savoie, a déjà donné… pendant un an ! « Après vingt années chez Smoby, j’ai pris ma retraite en 2005. Mais dès 2006, Alain Thirion, propriétaire de Vulli, m’a proposé de prendre la tête du groupe, pour le restructurer en vue de le revendre », se souvient Serge Jacquemier.

Une mission qui ne s’est pas déroulée comme prévu. À l’époque, Vulli réalisait moins de 4 M € de chiffre d’affaires avec un produit phare : une girafe en caoutchouc vendue presque uniquement en France. « En arrivant, j’ai découvert une pépite. Nous avons presque décuplé le chiffre d’affaires pour atteindre 30 millions d’euros l’an dernier et diffusons nos produits dans plus de 80 pays », détaille Serge Jacquemier.

Un homme clairvoyant

Un succès fulgurant dû à trois intuitions de génie. La première est d’avoir compris l’avènement de la bien connue digital mum, avide d’informations et ultraconnectée. « Dès 2006, nous avons créé un poste de community manager avec l’objectif de parler directement aux futures et aux jeunes mamans en leur expliquant les qualités de Sophie la Girafe, fabriquée en caoutchouc naturel et éveillant les cinq sens de bébé », reprend le directeur général.

Deuxième coup de maître : le développement d’une stratégie commerciale originale inspirée des master-franchises. « Nous avons investi plus de 1 million d’euros en protection intellectuelle et artistique, droits internationaux et noms de domaine. Puis nous avons contacté des investisseurs en leur proposant une sorte de contrat de franchise », raconte Serge Jacquemier, qui réalise aujourd’hui la moitié du chiffre d’affaires de Vulli à l’export via 160 agents à travers le monde.

Dernier trait de clairvoyance : le développement de gammes en propre comme en licence. Pour cela, le groupe se restructure en trois entités : Vulli, qui fabrique les produits ; Sophie la Girafe, qui détient les droits ; et DeLiSo, qui les vend. « En 2006, les ensei­gnes alimentaires ne référençaient que notre girafe. Aujourd’hui, elles proposent une trentaine de nos références et jusqu’à une soixantaine pour les spécialistes », calcule Serge Jacquemier. Mieux, la petite girafe se retrouve sur des vêtements, des lunettes… et dispose depuis le 11 octobre d’une série animée diffusée sur TF1 !

En dates

  • 1945 Naissance à Rumilly (Haute-Savoie)
  • 1968 Entre au Lait Mont-Blanc
  • 1972 Arrivée chez Jouets Mont-Blanc (devenu Vulli en 1981)
  • 1980 Recruté par le fabricant de chocolats Cheval blanc Distribution
  • 1995 Entre chez Smoby
  • 2005 Quitte Smoby pour partir à la retraite
  • 2006 Nommé par Alain Thirion, propriétaire de Vulli, à la direction générale du groupe

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2486-2487

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous