Marchés

Serge Papin demande à Carrefour et Leclerc de «faire un geste»

|
Serge Papin, président de Système U
Serge Papin, président de Système U© Bernard Martinez

Les hausses de prix dans les produits alimentaires et les négociations commerciales n’en finissent pas de provoquer des réactions. Le président de Système U, Serge Papin, appelle les deux leaders de la distribution en France, Carrefour et Leclerc, à faire un « geste sur les hausses de prix de certains produits alimentaires », dans un entretien à la Tribune. « En tant que leaders du marché français, Carrefour et Leclerc doivent prendre leurs responsabilités. Système U n’est qu’un outsider, il ne peut pas être le seul à répercuter les hausses de prix. Tous deux ont déclaré qu’ils n’accepterons pas de hausses. Cette attitude met la pression sur leurs fournisseurs et leurs concurrents ».

Il ajoute que certaines hausses sont exagérées, notamment dans le biscuit. Michel Edouard Leclerc considère que les hausses de prix sont inéluctables pour les produits des PME ou faiblement transformés, mais fustige les prétentions énormes du grosses machines nationales ou multinationales qui demandent des hausses de 15 à 17 % pour les produits à base de volaille, 6 à 15 % pour les produits laitiers, 18 à 49 % pour le café,  25 à 48 % pour les farines et de 8 à 12 % pour l’’entretien et l’hygiène beauté. « On peut encore contenir l’inflation à 2 ou 3 %, un regain d’inflation casserait complètement la croissance qui est basée sur la consommation ». Dans une interview à l’Expansion, le patron de Carrefour, Lars Olofsson, a indiqué que la hausse des tarifs présentée par les industriels s’inscrivait entre 5 et 8 % en moyenne, mais qu’au final la hausse devrait être contenue aux alentours de 2 %. Des chiffres que Jérôme Bédier, président de la FCD, avait également cités lors de ses vœux.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter