Sergent Major réorganise ses flux de marchandises

Pour optimiser son processus d'implantation et de réassort, l'enseigne de prêt-à-porter pour enfants investit dans un nouveau progiciel de gestion des marchandises.

Avec 160 magasins, dont 75 % de succursalistes et 25 % d'affiliés, le réseau de Sergent Major ouvre 30 nouveaux points de vente par an. Les atouts de ce spécialiste du vêtement d'enfants de 0 à 12 ans : un positionnement bien ciblé de produits ludiques, au bon rapport qualité/prix, et un bureau de style intégré qui conçoit l'ensemble des produits. Pour accompagner cette forte croissance, « nos outils informatiques avaient atteint leurs limites », explique Guillaume Charpentier, contrôleur de gestion chez Sergent Major. Il fallait trouver une solution performante, capable de s'interfacer facilement avec Arthur Planning, un logiciel acquis par Sergent Major en 1995. Il permet notamment de définir, au niveau de la direction produits, le potentiel hebdomadaire des familles à périmètre comparable (volume, chiffre d'affaires, marges et démarques) et, au niveau de la direction réseau, les objectifs hebdomadaires des magasins par univers.

Autre exigence : mettre en place une nouvelle organisation adaptée aux besoins des directions commerciales, service achats et style-industrie. La recherche s'est donc orientée vers une véritable solution intégrée de gestion commerciale, permettant à l'enseigne de conserver une structure informatique légère.

Des prévisions plus affinées

C'est l'américain JDA Software qui a apporté la réponse la mieux adaptée avec son logiciel de gestion marchandise MMS (Merchandise Management System). Premier avantage : le logiciel s'interface naturellement avec Arthur Planning, puisqu'il fait partie de la gamme JDA Software. Deuxième atout : il présente les fonctionnalités d'un véritable ERP Retail, tout en bénéficiant d'une mise en place très rapide. Il n'aura fallu que six mois (janvier à juin 1999), pour procéder à l'analyse fonctionnelle, développer les interfaces, former les utilisateurs et réaliser les paramétrages. Opérationnel depuis dix mois, le système a permis de mettre en oeuvre de nouvelles règles de gestion et de réorganiser les métiers commerciaux et les produits.

Concernant les réassorts, l'enjeu de Sergent Major était de « réassortir le bon produit, au bon moment, dans le bon magasin », retient Agnès Coudert, responsable de la gestion des stocks. En choisissant le mode dit « dynamique » de MMS, l'enseigne a enregistré au bout de deux mois les premiers effets bénéfiques sur ses résultats.

Le principe : calculer toutes les semaines pour chaque magasin le niveau de stock nécessaire en fonction de différents paramètres (historique des ventes depuis l'implantation, période d'analyse, délais de livraisons et stock de sécurité). Résultat : moins de ruptures et de surstocks, grâce à des prévisions beaucoup plus affinées. Sergent Major se donne ainsi les moyens de pousser ses collections en début de saison. La condition « sine qua non » de la réussite dans le prêt-à-porter, en particulier celui des enfants.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1680

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message