Seul le maquillage résiste à la crise en parfumerie sélective

|

CHIFFRE CLÉ Les résultats du premier semestre (selon NPD) de la parfumerie sélective (dont les ventes sont en baisse de 1,5 %) laissent entrevoir une chose surprenante. Dans un contexte plutôt morose, même pour la beauté, les yeux ne sont pas là que pour pleurer avec le maquillage qui gagne 0,2 %.

Alors que selon NPD Group, les ventes de parfums et de cosmétiques ont chuté de 1,5%* en valeur au premier semestre en parfumerie sélective (versus 2012), seul un irréductible segment résiste : le maquillage à +0,2%. Admettons que ce n’est pas non plus l’apothéose*.

Et parmi ce segment, une région du visage encore plus précise résiste encore mieux : les yeux. Selon NPD, c’est le segment phare des mascaras qui a porté les ventes de maquillage au premier semestre. Alors que l’année dernière, les vernis avaient la cote. Mais plus encore que les seuls produits à cils, tous les produits destinés aux yeux s’en sortent bien.

« La progression des ventes touche véritablement tous les types de produits de maquillage yeux tels que les ombres à paupières ou même les plus petits segments comme les crayons à sourcils et les eyeliners », affirme NPD.

Les soins aussi

Et plus encore. Alors que les soins enregistrent au total une forte baisse de 2,3% des ventes, l’œil sourie aussi dans cette catégorie. « les yeux sont également au centre de l’innovation des marques de soin. Les produits spécifiques pour les yeux (anti-age, anti-fatigue, etc) ont enregistré de bonnes performances », continue l’organisme d’étude de marché, sans pour autant livrer de chiffres précis.

« 2012 a été une année riche en nouveautés du soin des yeux […] suivis par d’autres actualités début 2013, explique Mathilde Puszka, analyste beauté chez NPD Group dans un communiqué. […] On voit bien que ces nouveautés continuent à stimuler les ventes du secteur début 2013. »

Les parfums attendent Noël

Les yeux sont donc les seuls à ne pas pleurer en parfumerie sélective. Car de leur côté, les parfums chutent de 1% pour les femmes et de 2,8% pour les hommes*. La fête des pères et des mères n’a pas été une réussite en 2013. Mais il reste encore deux grands rendez-vous selon NPD pour rattraper le retard. Le mois de septembre et surtout les fêtes de Noël qui constituent parfois jusqu’à 25% du chiffre d’affaires du secteur.

 

* Attention, pour la parfumerie sélective, NPD Group ne prend pas en compte les marques exclusives, ni les MDD. Ce qui peut modifier en partie les tendances, surtout en cas de crise où les clientes ont tendances à être attirées par les produits à prix plus accessibles.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message