ShopInvest rachète les 3 Suisses pour les transformer en anti-Amazon

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le groupe e-commerce veut relancer l’acteur de la vente par correspondance en misant sur l’attachement à la marque et la portée de son fichier-client.

La Redoute
La Redoute© Capture

Les 3 Suisses changent de main. Le spécialiste français de la vente par correspondance, qui appartenait au groupe Domoti depuis 2017, vient d’être racheté par ShopInvest (qui détient entre autres MenCorner, Bijourama, LemonCurve ou DeclikDeco) pour un montant qui n’a pas été précisé. La société va conserver son siège à Villeneuve-d’Ascq et sa quarantaine d’employés, tandis qu’une vingtaine de recrutements va être lancée en région parisienne. "Nous comptons garder le catalogue et un modèle très humaniste, en lien étroit avec sa clientèle, aux antipodes de l'efficacité froide d'un Amazon ou d'un dispositif place de marché comme le fait La Redoute", précise Karine Schrenzel, cofondatrice de ShopInvest avec Olivier Gensburger, dans le JDD. Pour ce faire, le groupe souhaite "allier la puissance et les services du commerce en ligne, avec l'humain et la proximité propres aux grandes marques qui ont su façonner notre quotidien. La marque 3 Suisses peut incarner cette réinvention de l'e-commerce, avec son capital de relations et d’émotions. Et elle va le faire d’une manière inédite en se réinventant avec ses clientes". ShopInvest avance de nombreuses synergies avec le groupe nordiste : une expertise web et une expérience de la logistique, mais également une connaissance de marchés spécifiques, comme ceux de la lingerie, de la mode ou de la décoration.

Le virage raté d'un pionnier en e-commerce

Le duo entend bien capitaliser sur la grande force des 3 Suisses, à savoir une base-clients de 8 millions de personnes, dont 2 millions de clients actifs. Pour relancer la marque, elle compte par ailleurs sur un projet collaboratif baptisé #Imagine3Suisses, lancé sur les réseaux sociaux en janvier, et qui permettra à l’ensemble des consommateurs de donner leurs avis sur les nouveaux services souhaités. "L’ensemble des étapes-clé du relancement pourra être suivi pas à pas sur les plateformes sociales de la marque pour découvrir au printemps 2019 les nouveaux 3 Suisses : nouvelle proposition de valeur, nouvelle offre, nouveau look, nouveaux services", énumère le groupe.

Les difficultés des 3 Suisses ne datent pas d’hier. Le chiffre d’affaires du groupe, parmi les pionniers de l'e-commerce avec le lancement d’un site marchand dès 1995 et du m-commerce en 2007,qui atteignait un milliard d'euros en 2005, le commerçant, s'élève à 120 millions d’euros en 2018. "Nous allons bien sûr développer la partie web, la rendre plus agile, plus mobile, mais nous allons également conserver un catalogue papier, avec des cycles de vie courts qui correspondent aux standards du web. Le catalogue est un vecteur d’émotions, et un canal de communication incontournable avec nos clientes", ajoute Olivier Gensburger.

Shopinvest, un groupe e-commerce rentable

De son côté, ShopInvest, qui regroupe dix sites centrés sur la mode et la décoration, affiche un chiffre d’affaires annuel de 35 millions d’euros. Fondé en 2006 (mais baptisé ShopInvest depuis 2011), il fonctionne sur le modèle de développement e-commerce par acquisition et synergies de compétences, alliant la création de sites en propre comme MenCorner au rachat de sites Internet spécialisés. "Les 10 sites e-commerce spécialisés sont leaders sur leurs marchés respectifs : cosmétiques, bijoux, décoration, lingerie", explique le groupe, qui est rentable depuis 2009. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA