Shoptalk Europe 2017 : 10 grands enseignements à retenir

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Alors que Shoptalk Europe s'achève aujourd'hui à Copenhague devant 2500 visiteurs, les 220 speakers qui se sont succédés ont révélé de riches enseignements. L'expert en marketing du commerce Frank Rosenthal en fait le récapitulatif pour LSA.

Shoptalk Europe se tient du 9 au 11 octobre 2017 à Copenhague
Shoptalk Europe se tient du 9 au 11 octobre 2017 à Copenhague© Frank Rosenthal

1/ Pour l’alimentaire, tout change sauf l’importance des produits frais

Adrian Letts, directeur général de Tesco, a montré que l’attente n°1 des clients de Tesco pour le choix d’un magasin réside dans la qualité des fruits et légumes, devant la disponibilité immédiate des produits de tous les jours. Online, la première attente est l’attention portée à l’emballage des produits frais, devant la qualité des fruits et des légumes.

Tesco dispose de plus de 3500 magasins où il est possible de faire du click&collect et de retourner les produits.

2/ Plus d’hésitation entre Internet et magasin : « Great Stores, Great Internet » selon Hudson Bay Company

Jerry Storch, CEO de HBC (Hudson Bay Company) qui avec Galleria kaufhof et Saks 5th Avenue étend son empire dans les grands magasins, a livré ses bonnes recettes pour réussir dans le retail : la taille, la différenciation, l’expérience, une meilleure exploitation du parc immobilier, une offre valorisée et surtout sa formule « Great Stores, Great Internet ». Storch veut mener l’offensive et il faut selon lui la mener sur tous les terrains.

3/ Plus de 100 combinaisons possibles des canaux selon Hudson Bay Company

HBC a montré qu’en combinant les lieux depuis lesquels les clients passent commande (domicile, ailleurs, leur magasin, un autre magasin ou le mobile) avec la logistique (faite en direct, par leur magasin, par un autre magasin) et le lieu de réception de la commande (domicile, autre lieu de livraison, leur magasin ou un autre magasin), on pouvait arriver à plus de 100 combinaisons. On comprend alors l'enjeu de la fluidité des canaux...

4/ Ne jamais trop écouter les clients selon MyMuesli (Allemagne)

Max Wittrock (photo ci-contre), le cofondateur de My Muesli (des céréales à personnaliser et acheter en ligne), qui connait un grand succès, a avoué qu’avant le lancement de son activité online, My Muesli avait demandé dans un sondage aux consommateurs allemands s’ils souhaiteraient acheter des céréales en ligne. Aucun consommateur n’a dit oui !

5/ L’explosion de la réalité augmentée

Selon Catchoom, 61% des consommateurs préfèrent fréquenter des magasins qui proposent des expériences en réalité augmentée.

68% disent qu’ils dépensent plus quand ils peuvent faire du shopping en réalité augmentée.

72% de ceux qui disent avoir utilisé la réalité augmentée avouent avoir acheté des produits qu’ils n’auraient pas prévu d’acheter.

6/ La simplicité d'Eataly pour la retail experience

Fabian Rieden, directeur général de Eataly Allemagne, a rappelé comment le concept était né, en 2002, par un dessin du fondateur Oscar Farinetti sur une nappe avec le plan du futur Eataly !

7/ Tumi livre des recettes pour contrer Amazon
Charlie Cole, Chief Digital Officer de Tumi, a donné des pistes pour résister à Amazon. D’abord en magasin en proposant des produits exclusifs et des promotions exclusives, ensuite en renforçant l’expérience client en magasin avec de la personnalisation et de la reconnaissance. Enfin, Tumi met en place des moyens importants pour accompagner le client après l’achat en réparant, entretenant ou garantissant les valises qu'il commercialise.

8/ Alibaba enchaine les chiffres pour affirmer sa puissance

La Chine (et Alibaba) se targue de son puissant marché intérieur. Selon Terry von Bibra, directeur général Europe d'Alibaba, lorsque les Etats-Unis comptent 10 villes de plus d’un million d’habitants et l’Europe 18 villes, la Chine en dénombre 102. Le nombre d’internautes en Chine (731 millions) atteint presque celui de l’Europe (739 millions) mais est loin devant les Etats-Unis (326 millions). 

9/ MatchesFashion décrypte son business model

Plus de 70 personnes travaillent sur les contenus du site d'e-commerce Matchesfashion.com, et ces contenus influent sur 35% des revenus du site selon Ulric Jerome, son CEO. Matchesfashion a également présenté « The Style Social », une galerie de photos postées par les clients qui portent les produits achetés sur le site. Mais originalité, sur chaque photo, un lien avec le produit pour l’acheter immédiatement. Du vrai social commerce !

10/ Le mobile de plus en plus omniprésent dans le retail

Selon David Marimon, CEO de Catchoom, 62% des shoppers veulent pouvoir scanner un produit en magasin avec leur smartphone pour accéder à des avis et recommandations. De son côté, Ronan Harris, directeur général de Google UK, indique que 82% des personnes consultent leur smartphone en magasin à propos de produits qu’ils souhaitent acheter.

Le mot de la fin

Le mot de la fin à Martin Wild, Chief Digital Officer de MediaMarktSaturn Retail Group :
« We try fast, we fail fast and we adjust even faster. » (Nous testons vite, nous échouons vite, mais nous corrigeons le tir plus vite encore).

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA