Showroomprivé monte en puissance da ns l'ombre de Vente-privée

|

Pour exister face au leader adepte de la seule vente conditionnelle, Showroomprivé achète des stocks de marque et adapte sa logistique pour pouvoir écouler de gros volumes.

© DR

En 2009, la crise du textile avait entraîné une réduction des stocks de la part des distributeurs qui préféraient à juste titre jouer la prudence. Avec, comme dommage collatéral, le manque à gagner pour les sites de ventes événementielles dont les invendus des marques constituent le fond de commerce. Le leader Vente-privée y trouve l'explication de sa moindre croissance en 2010 (+10 % contre +30 % en 2009), alors que sa position est archi-dominante sur un marché où les marques ne souhaitent pas multiplier les interlocuteurs. La plupart ont d'ailleurs signé des contrats d'exclusivité avec Vente-privée, capable, il est vrai, d'écouler la totalité des invendus d'une marque en l'espace d'une vente. « Quand une marque fait campagne chez nous, elle augmente sa notoriété de 26 % et la perception de sa qualité de 6 % d'après une étude Sofres », s'enorgueillit Xavier Court, cofondateur du site.

 

 

Vente-privée intègre tous les métiers 

Il faut dire que celui-ci dispose d'une véritable machine de guerre et continue de consentir des efforts financiers sans prendre le risque d'acheter les stocks des marques, l'une des clés de sa rentabilité. En novembre dernier, le site a ainsi inauguré, pour un investissement total de 17 millions d'euros, trois nouveaux bâtiments à La Plaine-Saint-Denis totalisant une surface de 21 600 m², dont une extension du siège et un bâtiment de 1 600 m² qui abrite le service relation client. La régie, le shooting et la post-production ont été regroupés dans une nouvelle structure de 3 800 m² sur six étages baptisée la Digital Factory où plus de 260 collaborateurs sont en charge de la production des photos, catalogues et ambiances mis en place pour valoriser les marques. « Actuellement, nous réalisons 15 000 photos par jour. Notre stratégie est d'intégrer tous les métiers », reprend Xavier Court. Une politique qui lui permet de proposer ses services aux marques pour la création et la gestion de site internet. Avec, côté logistique, l'acquisition d'un nouvel entrepôt à Lyon qui sera dédié à cette activité. Celui-ci s'ajoutera aux 125 000 m² d'entrepôts en France ainsi qu'aux deux centres sous-traités à Madrid et Germersheim, en Allemagne.

Seul point faible du modèle : les délais de livraison de trois semaines (cinq jours de vente, huit à dix jours pour que la marque livre le site, trois jours pour éclater cette commande en colis, deux jours pour la livraison postale).

 

 

Showroomprivé réduit les délais

Face à ce mastodonte qui détient environ 90 % du marché, les outsiders ont dû se repositionner, à l'instar de Brandalley, sur des ventes de collection en cours à prix fixes aux côtés des ventes événementielles. De son côté, Showroomprivé.com, qui revendique aujourd'hui la place de numéro deux européen des sites de vente privées en termes de chiffre d'affaires, a choisi de mixer la vente conditionnelle (la commande est passée à la fin de la vente) pour 60 % des volumes et l'achat de stock pour les 40 % restants. « L'achat des stocks permet d'avoir des délais de livraison rapide (quatre ou cinq jours). Mais il nécessite d'avoir la trésorerie et la surface de stockage nécessaires. Nous pouvons également écouler les volumes restants dans un réseau de 800 solderies », explique son dirigeant Thierry Petit.

Aujourd'hui la logistique est opérée par une centaine de personnes sur ses deux sites dans le Val-d'Oise, à Fos pour la logistique amont (achat de stock, tri et reconditionnement) et à Marly-la-Ville pour la logistique aval (préparation des commandes à destination de la France, de la Suisse, de la Belgique, mais aussi de l'Espagne et bientôt du Royaume-Uni). Opérationnel depuis un an, l'entrepôt de Marly-la-Ville (10 000 m² sur les 25 000 au total) a connu plusieurs agrandissements et vient d'être équipé de nouvelles machines automatiques pour l'emballage et l'expédition permettant de faire passer le flux de colis traités quotidiennement de 4 000 à 10 000, avec des pointes à 20 000.

 

 

Le prêt-à-porter représente 50 % des ventes

Nous sommes maintenant capables de traiter de gros volumes. L'installation permet de livrer plus de 200 000 commandes chaque mois contre 120 000 auparavant. Le tout sans accroissement de personnel sur ce site », ajoute Thierry Petit. Selon lui, le gain serait de 20 à 25 centimes d'euro par commande, soit un retour sur investissement pour l'installation compris entre quatre et six ans.

Depuis son lancement, en octobre 2006, le site a connu une croissance rapide, passant de 25 M € de CA en 2008 à 140 M € en 2010. Avec 50 % des ventes réalisées dans le prêt-à-porter.

Aujourd'hui, il veut continuer à monter en puissance en ciblant de nouveaux univers comme le voyage, lancé courant décembre, et en s'exportant dans de nouveaux pays. Après l'Espagne en juillet 2010, marché pour lequel il vise 10 M € de CA au premier trimestre 2011, il compte investir le Royaume-Uni en février 2011. Avec un objectif de 250 à 300 M € de CA d'ici à trois ans.

« Nous avons réalisé une levée de fonds de 37 millions d'euros en août dernier auprès d'Accel Partners, pour moderniser notre chaîne logistique et assurer notre développement à l'international, l'idée étant de mutualiser les coûts logistiques pour toute l'Europe », précise Thierry Petit. Une stratégie d'ores et déjà payante. Alors qu'elle travaillait jusque-là en exclusivité avec Vente-privée, la marque Lejaby a signé fin 2010 avec Showroomprivé, qui entend se positionner comme une alternative au leader du secteur.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2167

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine les actualités du marketing et de la communication online et offline des marques et des distributeurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA