SIAL 2016 : Les coopératives laitières françaises misent sur l'export

|

Dossier Pour faire face à la crise laitière et à la volatilité des cours, les coopératives laitières françaises misent sur des produits innovants valorisés et trouvent de nouveaux relais de croissance à l'international.

Les coopératives laitières françaises génèrent 3,1 milliards d'euros de chiffre d'affaires à l'export en 2014.
Les coopératives laitières françaises génèrent 3,1 milliards d'euros de chiffre d'affaires à l'export en 2014.

La rédaction vous conseille

« En Europe, les entreprises laitières françaises sont les plus innovantes derrière l'Allemagne. Par ailleurs, les coopératives laitière françaises sont responsables de 10 % des lancements de nouveaux produits en 2015 », explique Manon Dupré, analyste au sein du cabinet Mintel. En effet, les coopératives laitières françaises ont réussi à opérer un virage dans leur stratégie d'innovation pour s'inscrire dans une démarche qualitative. Elles œuvrent sur le bio, sur les origines locales des produits, sur les méthodes de production traditionnelle... Par ailleurs, elles ont mis en place des packagings innovants, axés sur le nomadisme et la praticité avec les formats individuels (tube de Yop, mini Soignon, yaourts à boire Mamie Nova). Si ces dernières répondent aux attentes des consommateurs qui sont à la recherche de produits riches en protéines, elles ont encore des efforts à fournir sur l’ajout de super-ingrédients comme l’utilisation de graines dans les produits laitiers ou les yaourts par exemple.

25 % du chiffre d’affaires à l’export

Ces politiques d’innovations offrent ainsi toutes la légitimité aux coopératives françaises pour se tourner vers l’export et trouver de nouveaux relais de croissance. Déjà, en 2014, 25 % de leur chiffre d’affaires a été réalisé par l’export, soit 3,1 milliards d’euros, en croissance de 8 %. Environ 2/3 des produits sont à destination de l’Union européenne et 1/3 pour l’international (Chine, Arabie, Inde, Japon, Corée du sud, Emirats-Arabes-Unis). Pour autant, il est nécessaire d’intensifier les soutiens à l’export en relevant le problème des barrières sanitaires pour la Chine et les Etats-Unis et en accélérant les agréments pour les sites de production dédiés.

Miser sur des filiales à l’international

Certaines coopératives ont alors décidé de faire évoluer leur modèle au service du grand export. C’est le cas d’Alsace Lait. Pour venir percer la zone Canada-Amérique du Nord, la coopérative a créé une joint-venture avec une laiterie locale, Chalifoux.  « Nous avons mutualisé nos forces. Alsace Lait a apporté ses recettes, son process de production et de conditionnement, des capitaux et notre partenaire canadien procurait son outil industriel, son expertise du marché, ses réseaux commerciaux et des financements », explique Frédéric Madon, directeur général d’Alsace Lait. Ce partenariat a ainsi débouché sur la création d’une marque spécifique : Riviera. Aujourd’hui Alsace Lait réalise 10 millions de dollars canadiens de chiffre d’affaires et souhaite 30 millions d’ici 3 ans. Dans la même veine, Eurial, branche lait d’Agrial, jouit d’une présence physique à l’international. « Nous avons trois sites de production à l’étranger (Belgique, Espagne et Etats-Unis) et six filiales ou implantations commerciales (Allemagne, Espagne, Grande-Bretagne, Italie, Moyen-Orient et Pologne) », indique Christophe Pigre, responsable marketing international chez Eurial. En 2015, le chiffre d’affaires d’Eurial à l’international représente 30 % du chiffre d’affaires. Dans 10 ans, elle souhaite réaliser 1/3 de ses ventes en France, 1/3 en Europe et 1/3 au grand export. De son côté, Laïta (Paysan Breton), qui génère 15 % de son chiffre d’affaires à l’international, se développe en dehors des frontières grâce à sa capacité d’adapter les formats de ses produits aux marchés (packaging adapté, produits comme ingrédients culinaires). Une stratégie qui lui permet d’être la marque française numéro 1 en GMS au Vietnam et de compter 12 références chez Carrefour Chine.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations

X

Recevez chaque semaine l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits bio et responsables, alimentaires et non alimentaires.

Ne plus voir ce message