SIAL 2016: St Mamet innove tous azimuts

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dossier Le spécialiste du fruit en conserve, St Mamet, poursuit sa politique d’innovations. Il espère recruter grâce à des offres hyper segmentées.

St Mamet cible les ados avec son nouveau format de compote en bouteille Ze Compot.
St Mamet cible les ados avec son nouveau format de compote en bouteille Ze Compot.© St Mamet

St Mamet, leader des fruits en morceaux, veut grossir sur le marché de la compote. Il reste attractif avec des volumes en hausse de 1,8%, toujours portés par les gourdes et les berlingots (+1,5%). Mais après dix ans d'euphorie, la croissance s'essouffle et le marché doit trouver de nouveaux relais, au-delà de la cible des moins de dix ans. C’est sur la base de ce constat que l’équipe de St Mamet a imaginé en quelques mois une série de nouveaux concepts censés prendre la relève de l’offre existante. "Les consommateurs ont besoin de trouver de nouvelles solutions fruitées en magasin. Il faut arrêter les nouveautés parfums et recréer de la valeur sur les concepts produits. Nous allons lancer plus d’innovations qu’on en a lancé en dix ans", annonce Matthieu Lambeaux, PDG de St Mamet.

Des partenaires industriels et la caution d’un nutritionniste.

Pour le spécialiste du fruit en conserve, le gisement de croissance est chez ceux qui ont grandi avec le concept du yaourt à boire et de la gourde en compote. St Mamet veut offrir des produits plus segmentés et des offres dédiées aux adultes. Pour les plus jeunes, sa gamme de fruit Atomixés  au goût piquant fait écho au succès des bonbons acides en confiserie alors qu’il a imaginé une compote à boire à destination des adolescents baptisée Ze Compot’ dans une texture proche du smoothie. "Ce produit est fabriqué par Conserve Italia, précise Matthieu Lambeaux. C’est le principe de notre modèle «à la Zara» qui est basé sur des partenariats industriels". Avec sa version sans sucre ajouté FruitMix à destination des adultes. Une gamme soutenue par le nutritionniste Jean-Michel Cohen. "Je pousse un produit quand il va dans le sens d’une alimentation saine, précise-t-il. C’est un vrai dessert fruitier. Un produit de collation riche en fibres, qui apporte de la satiété et qu’il est possible de fractionner dans l’après-midi". L’offre sera complétée par une version familiale en Tetra et un programme de licence Asterix autour des gourdes et des berlingots à destination des plus petits.

Capter 10% du marché d’ici deux ans.

St Mamet vise 10% du marché de la compote d’ici à deux ans contre 2,5% aujourd’hui. Avec de l’incrémental. "Il s’agit de faire repartir la consommation de fruit en visant de nouveaux consommateurs avec une offre innovante et accessible en terme de prix", résume Matthieu Lambeaux qui prévoit un plan de communication pour le printemps prochain. Et annonce déjà d’autres formats innovants en terme de packaging à horizon 2018 grâce à des technologies uniques qui s’étendront aux surgelés.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA