Sièges sociaux, les enseignes revendiquent leur identité

|

Lieu de vie pour les salariés, les sièges sociaux des entreprises s’embellissent. Carrefour, Decathlon pour Kipsta, ou encore Intersport viennent tour à tour de refaire le leur. Chacun avec une stratégie et une vision différentes.

_texte filet blc legende_textQuibuscid quatiumsoluptatum, adi
_texte filet blc legende_textQuibuscid quatiumsoluptatum, adi© dr

Les sièges sociaux sont aux entreprises ce que sont les voitures aux particuliers. Un signe extérieur de richesse, une traduction de leur identité. En Asie, les banques, comme ABC Bank à Shanghai, ou les groupes pétroliers, tel Petronas à Kuala Lumpur, alignent des mètres en hauteur pour leurs tours ; en Europe, la bataille se joue sur le front écologique. Comme Adidas qui, pour son siège en Bavière, s’est offert une toiture végétale, recycle les eaux de pluie et maîtrise l’ensoleillement. En France, les sièges sociaux éclosent plutôt à la lisière des villes, mais suscitent aussi des investissements massifs. Coup sur coup, Carrefour, Decathlon et Intersport ont inauguré de nouvelles vitrines pour leurs troupes.

Pour le distributeur, le regroupement solde quinze années d’éparpillement des salariés. Évry, Massy, Les Ulis dans l’Essonne, Mondeville, près de Caen, ­Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine... « Il y a eu jusqu’à dix ou quinze sièges, compte Franck Hervet, qui a supervisé l’installation des 80 000 m² à Massy-Palaiseau, dans l’Essonne. Ici, l’idée est bien de rassembler tout le monde. » Achats, fonctions support, au total près de 4 000 salariés de Carrefour feront le déplacement jusqu’aux bâtiments agencés par le cabinet d’architecture Ateliers 115. Pensé comme un campus, tout est à portée de main : crèche, conciergerie, salle de sport, formation, restaurants. Et, bien sûr, le « tarif minimum » pour contribuer au « bien-être » des salariés est présent : règlement automatique de la lumière, système de traitement de l’air qui s’adapte au nombre de personnes présentes dans une pièce, gestion en temps réel des salles de réunion, présence d’un jardin intérieur « zen ». La dimension écologique n’est pas oubliée, avec la récupération des eaux pluviales et des panneaux solaires thermiques, qui couvrent, à eux deux, près de la moitié des consommations d’eau chaude pour les sanitaires.

Son enjeu

Une entreprise existe aussi par son siège social. Par le montant de ses investissements, parla manière dont elle aménageles bureaux, par le lieu qu’elle choisit, se traduit la façon dont elle perçoit et traite ses salariés. Mais aussi ses fournisseurs, notamment pour la grande distribution.  

 

Regain d’intérêt

Expression de leur identité, les sièges sociaux suscitent un regain d’intérêt de la part des entreprises. Dans un autre registre, Decathlon et Intersport viennent d’investir dans leur vitrine. Le premier l’a fait pour sa marque de sports collectifs, Kipsta. Sur une friche de 7,8 hectares, là où il ne restait plus qu’un brasseur, le groupe nordiste a démoli, dépollué, avant de reconstruire tout en gardant certains éléments, comme une structure Eiffel pour le parking. Secteur du sport oblige, Kipsta disposera d’une vingtaine de terrains ouverts aux écoles, aux clubs et aux pratiquants. Comme pour d’autres marques propres de Decathlon (B’Twin pour le vélo, Domyos pour le fitness, Tribord pour le nautique…), la pratique est au centre du siège social, de manière à rapprocher le plus possible les chefs de produits des consommateurs. « C’est un camp de base, martèle Franck Demaret, directeur général de Kipsta. C’est ici que nous pourrons imaginer la chaussure de foot de demain. »

Intersport a investi quasi la même somme (10 millions d’euros, 12 millions d’euros pour Kipsta) dans ses locaux historiques de Longjumeau, en Essonne. Ancien siège de La Hutte, ce quadrilatère sans grande âme reçoit les fournisseurs et les associés de la coop­érative, qui viennent voir les collections et faire leurs emplettes. Et pour choisir une raquette de tennis ou un ballon, quoi de mieux que de les essayer ? Une salle de sport de 1 000 m² a donc ouvert le 22 septembre. « Lieu d’échange et de partage », pour reprendre les mots de François Neukirch, directeur général d’Intersport, le siège de la centrale accueille non seulement les marques, mais aussi 240 collaborateurs des services agencement, logistique ou achats. La proximité du nouveau showroom est censée contribuer au « sentiment d’appartenance  à un groupe d’indépendants. Un numéro d’équilibriste.

Intersport se fait une beauté pour les marques

Au fin fond de l’Essonne, à Longjumeau, le numéro deux de la distribution d’articles de sport en France cache son siège. Mais depuis le 22 septembre, Intersport s’est refait une beauté pour les Adidas, Nike et autres. Le showroom destiné à les accueillir a été rénové sur 10 000 m². Les sociétaires de la coopérative, qui se rendent ici lors des journées d’achat quatre fois par an, seront mieux accueillis. Il fallait aussi pouvoir tester les produits. C’est désormais possible grâce à une salle de sport (1 000 m²) où raquettes et ballons peuvent être essayés. Même les membres du comité de direction iront s’entraîner une fois par semaine ! « Nous avons investi 10 millions d’euros pour ce showroom », précise François Neukirch, directeur général d’Intersport.

 

Carrefour voit la vie en rose pour ses salariés

Une crèche de 85 berceaux, une salle de sports, une conciergerie à laquelle vous pouvez tout demander (ou presque)... Bref, Carrefour n’a pas déménagé 4 000 salariés à 20 kilomètres de Paris, à Massy-Palaiseau, dans l’Essonne… pour rien ! L’idée était de faire un campus, avec espaces de restauration (4 pour 3 000 couverts), des bureaux clairs, des salles de formation (auditorium et une dizaine de salles), avec les dernières normes environnementales (HQE et BBC Effinergie). Des panneaux solaires thermiques (90 m²) couvrent 20% des consommations d’eau chaude pour les sanitaires. Les eaux pluviales sont collectées via deux bassins de récupération. Pour le balisage, le designer Olivier Saguez a repris les codes de la grande distrib : palettes, chariots… Et les « box » pour accueillir les fournisseurs sont aussi plus modernes.

 

Kipstadium, le nouveau temple du foot de Decathlon

Vingt terrains de foot portant chacun un nom choisi par les enfants des écoles primaires, une halle sportive de 3 000 m² et 80 collaborateurs installés au milieu des sportifs. Comme pour ses autres marques propres (Tribord à Hendaye (64), Quetchua à Sallanches (74), B’Twin dans le Nord…), Decathlon rapproche les concepteurs des produits au plus près des pratiquants. Cinquième marque propre du groupe de par son chiffre d’affaires, Kipsta, la griffe des sports collectifs, aura son « centre de marques », en mars 2015. À cheval sur trois communes (Tourcoing, Roubaix et Wattrelos), Kipstadium consacre 60% de sa surface à la pratique sportive, et tous les terrains sont en synthétique. « Imaginer la surface d’après-demain pour dessiner la chaussure de demain », assure Franck Demaret, directeur général de Kipsta.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2338

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message