Silab, une usine à innovations

|

Le Shopping Innovation Lab a ouvert ses portes le 12 octobre dernier. Ce centre met à la disposition des professionnels du commerce de nombreux équipements pour éprouver leurs projets. Visite de ce lieu exceptionnel en Europe.

Le Shopping Innovation Lab donne accès aux professionnels du commerce à des outils de pointe, telle cette zone d’immersion 3D, ci-dessus. L’immeuble compte, en outre, de nombreuses salles de réunion.
Le Shopping Innovation Lab donne accès aux professionnels du commerce à des outils de pointe, telle cette zone d’immersion 3D, ci-dessus. L’immeuble compte, en outre, de nombreuses salles de réunion.

Le Shopping Innovation Lab a été inauguré le 12 octobre dernier à Lille, et près de 500 personnes ont fait le déplacement pour découvrir cette usine à innovations ! La direction du Picom (Pôle de compétitivité des industries du commerce), qui chapeaute le Silab, a d’ailleurs été agréablement surprise, voire débordée, par cette foule de professionnels, avides de découvrir le nouveau bijou lillois. En effet, le lieu est exceptionnel puisqu’il donne accès, pour les acteurs du commerce, distributeurs et industriels, à du matériel de pointe afin de tester leurs innovations. Le projet Silab reste complexe à vendre en amont, selon Patrick Brunier, délégué général du Picom : « Les équipes doivent venir s’immerger dans le lieu pour en découvrir les possibilités. » En effet, les professionnels peuvent accéder, moyennant un coût d’accès, à de nombreux équipements d’une valeur supérieure à 1 million d’euros.

Le plus impressionnant étant le Cave, technologie permettant une plongée 3D, qui représente près de 500 000 € d’investissement. Lors de l’inauguration, les clients ont pu chausser les lunettes spéciales pour se plonger dans un magasin. Cet outil donne la possibilité aux distributeurs et enseignes de tester, par exemple, un agencement de magasin ou de PLV. Via une télécommande, on peut se déplacer dans un point de vente comme si on y était.

Un vrai lieu de production

En plus de la zone d’immersion 3D, l’immeuble compte de nombreuses salles de réunion et s’organise autour de plusieurs espaces. Ainsi, le Silab dispose d’un espace habitat connecté (cuisine, salon, chambre), d’un espa­ce magasin équipé de li-fi, beacons, caméras, ­compteur de présence et autres technologies nécessai­res pour tester des usages. Enfin, une vaste salle a été prévue pour du « co-designable », avec des vitres sans tain pour des tests consommateurs. Le principe : faire collaborer des acteurs aux profils variés pour réagir sur un concept, le matérialiser et confronter cette idée à un usage. Une pratique qui permet de « limiter les risques et de réduire le temps et les coûts des innovations, insiste Patrick Brunier. On est bien dans une démarche de production et non de showroom. Avec le Silab, les sociétés peuvent à tout moment de leur projet venir le tester pour valider ou non leur démarche ».

Des rencontres et des idées

Du côté des prestataires de services, « le Silab représente un excellent moyen de gagner en visibilité auprès des distributeurs, tandis que, eux, apprécient de pouvoir découvrir des sociétés vraiment innovantes qui leur permettront de trouver des solutions pour se différencier des concurrents », explique Matthieu Thiriez, cofondateur et directeur des ventes de Nuukik. Cette société a par exemple développé une solution logicielle pour le site ïdKids, magasin en ligne pour les marques Okaïdi et Oxybul, qui permettra de faire de façon automatisée de la préconisation de produits selon la saison. Un peu plus loin, la start-up Fidzup propose aux distributeurs de se pencher sur l’utilisation des beacons et sur une nouvelle façon d’interagir avec son client. VB2S et Mr. Bricolage ont, eux, travaillé sur une solution 3D collaborative pour aménager des espaces ou personnaliser des objets via une application mobile, ou en magasin avec des lunettes 3D. Keyneosoft et Bricomarché s’attaquent aux problématiques de file d’attente avec une applica­tion permettant au client d’être alerté quand son tour arrive et, ainsi, lui permettre de continuer à tourner dans les rayons. En résumé, les innovations et les nouveaux parcours ne manquent pas. Et le Silab tient justement à permettre une accélération des développements des meilleures idées, en maximisant les chances de réussite via des tests récurrents.

Quand on évoque le futur du commerce avec Patrick Brunier, le dirigeant entre dans un discours passionné. « Il y a cinq ans, nous évoquions déjà avec Amazon l’ubiquité du commerce et le fait que les barrières entre e-commerce et magasin traditionnel allaient tomber. Mais cela n’aura pas d’incidence sur le modèle économique des distributeurs. Désormais, on se dirige vers une notion de majordome où ce n’est plus le produit qui compte, mais le service rendu. Amazon tend vers cette approche, se positionnant comme un intermédiaire. Et là, cela peut poser problème aux distributeurs, car ils devront revoir leur modèle économique. »

L’autre axe de changement sera celui des objets connectés. Ils permettront de faire ­remonter des informations sur les usages. Et « l’attrait de ces données prend toute son ampleur si celles-ci s’intègrent sur une plate-forme commune, précise Patrick Brunier. On peut alors en res­sortir des valeurs précieu­ses pour l’innovation ». Rendez-vous d’ailleurs début 2016 pour le premier hackathon [concours de solutions, NDLR] du Silab qui portera sur les objets connectés. 

Le Shopping Innovation Lab donne accès aux professionnels du commerce à des outils de pointe, telle cette zone d’immersion 3D, ci-dessus. L’immeuble compte, en outre, de nombreuses salles de réunion.

L’application Immersive Modeling permet de visualiser et de déplacer des éléments en carton qui prennent forme sur tablette.

 

Clotilde Chenevoy, à Lille

Les enjeux

  • Produire de nouveaux services et produits.
  • Accéder à des équipements dédiés au commerce.
  • Tester son innovation tout au long du processus.

3 innovations en test au Silab

  • Conception 3D

?Leroy Merlin, avec Creative Space Lab et Les pieds dans le plan, cherche à simplifier la conception 3D. Avec immersive modeling, le client utilise des briques dimensionnées à l’échelle 1/10e qu’il positionne sur un plan. Via une application et une tablette, les mobiliers cartons deviennent modélisés en 3D. Le client n’a plus qu’à bouger les blocs pour organiser la pièce.

  • Scanneur de courses

Worldline a conçu Connected Kitchen, en test actuellement chez Carrefour Belgique. Cet outil connecté permet de préparer ses courses, soit en scannant le code-barres du produit que l’on vient de finir, avant de le jeter, soit via la solution vocale. La préparation des courses se finira ensuite dans l’application pour valider la liste.

  • Mode connectée

Eram s’est associé à Phoceis pour créer une chaussure qui change de couleur, baptisée Choose. Le modèle présenté repose sur une base existante de produit, le tissu est, lui, remplacé par de la fibre optique. Le changement de couleur se fait à partir d’une application sur smartphone. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Article extrait
du magazine N° 2385

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message