Simply Market confronté à "l'affaire de la virgule"

|

Le jugement dans l'affaire opposant Simply Market à une ancienne caissière, licenciée pour avoir enregistré un bon de réduction de 60 euros au lieu de 0,60 euro, sera rendu le 28 mars 2013.

Simply Market

"A la virgule près". L’expression n’a jamais aussi bien porté son nom. Et le suspense de cette affaire dite de la virgule se prolongera jusqu’au 28 mars, date à laquelle le conseil des prud’hommes de Saint-Germain-en-Laye se prononcera.…

L’affaire de la virgule? Plutôt celle de ce magasin Simply Market ayant licencié l’une de ses caissières pour une erreur de virgule. Retour sur l’histoire.

La caisière demande 40.000 euros de dommages et intérêts

Nous sommes en mars 2012. Une cliente se présente à la caisse de son magasin Simply Market. Elle tend à l’hôtesse un bon de réduction d’une valeur de 0,60 euro. L’hôtesse s’en empare, et l’enregistre. Las, les 0,60 euro deviennent 60 euros. Pas tout à fait pareil, en effet. Simple erreur ou faute grave? Le magasin penche pour la faute, et licencie son employée – 12 ans d’ancienneté, quand même ! – en mai 2012.

Evidemment, la caissière se défend, plaide l’erreur, et demande aux prud'hommes de déclarer ce licenciement "sans cause réelle et sérieuse". Elle réclame notamment à son ancien employeur 40.000 euros de dommages et intérêts. La même caissière avait déjà fait l’objet d’un avertissement pour une erreur de caisse de… trois euros. C’était en 2008.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter