Marchés

Smart Cycle s'attaque à V.Smile

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

LANCEMENT - Il s'appelle Smart Cycle et a de bonnes chances de figurer parmi les « jeux » phares de la fin de l'année. Un gros coup pour Mattel qui lance son armada contre l'omniprésent Vtech.

Pour le dire simplement, Smart Cycle est un jouet électronique et éducatif destiné aux 3 à 6 ans. Jusque-là, rien de bouleversant. Mais cette innovation signée Fisher Price n'est pas une console classique, c'est un vélo. Une fois en selle, l'enfant actionne le guidon, titille la manette et le voilà lancé à l'assaut des chiffres ou des lettres, des formes et des couleurs. Avec un autre jeu, il pédale à toute vitesse pour rattraper les voitures qui défilent sur l'écran de télévision et, au détour d'une autre balade, croise un dinosaure ou tombe sur sa copine Dora.

S'amuser et apprendre tout en bougeant son corps, tel est donc le concept de Smart Cycle. « C'est un très bon produit pour le premier âge, assure Lætitia Hugonnet, acheteuse chez King Jouet. On n'avait jamais vu, auparavant, un jeu qui conjugue activité physique, apprentissage et amusement. » En France en tout cas, puisque Smart Cycle a été lancé fin 2007 aux États-Unis. « 500 000 unités y ont été vendues, se réjouit Arnaud Roland-Gosselin, directeur marketing de Mattel. On estime généralement que le marché américain représente dix fois le potentiel de la France. » 50 000 vélos à écouler... le rêve semble à portée de pédales pour le géant Mattel qui a choisi de démarrer très tôt sa campagne de communication (lire encadré) afin que les enfants et leurs parents soient dans les starting-blocks pour Noël. « Je serais étonné que ce jouet ne figure pas dans le top 10 des ventes en fin d'année », s'exclame Arnaud Roland-Gosselin.

De nouveaux jeux deux fois par an

Si Noël est un irremplaçable détonateur pour pilonner le marché et tenter d'évincer la concurrence, il n'est pas question pour Mattel de faire de Smart Cycle un « one shot ». Ce produit doit vivre dans la durée grâce à l'injection de nouveaux jeux deux fois par an.

Il faudra bien cela au groupe américain s'il veut ébranler la multinationale chinoise Vtech, archileader en France depuis le lancement en 2004 de V. Smile, suivi de trois autres versions et fort d'une trentaine de jeux. Modeste challenger, LeapFrog - encore un américain - n'a pas chamboulé les positions de Vtech. « C'est un produit intéressant qui est différent du nôtre, mais nous sommes sereins car, aux États-Unis, la place prise par Smart Cycle l'a été sur un marché qui grandit lui-même », analyse Sylvie Bannelier, directrice marketing et développement chez Vtech.

Serein mais pas kamikaze, ce dernier a, bien sûr, préparé sa riposte, et diminue le prix de la console de 15 Edès septembre. Elle devrait donc être vendue aux consommateurs environ 65 E, nettement moins que celle de Mattel. « Le prix de Smart Cycle est son seul point faible », remarque Nadège Boileau, acheteuse jouets pour Auchan. La bagarre américano-chinoise s'annonce d'autant plus passionnante que la nouvelle V.Smile, en cours de lancement aux États-Unis, devrait débarquer en France en 2009.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA