Sobriété énergétique dans la distribution : « passer l’hiver » mais pas que

La distribution s’est vite mobilisée face à l’impératif de sobriété pour cet hiver. Il est néanmoins crucial de relier ces mesures d’urgence à la transformation énergétique du secteur sur le long-terme. Explications de Marie-Sylvie Bertail, directrice générale de GreenFlex.

Partager
Sobriété énergétique dans la distribution : « passer l’hiver » mais pas que
Marie-Sylvie Bertail, directrice générale de GreenFlex

Les distributeurs se mobilisent

Les prix de l’énergie n’en finissent pas de grimper, et le gouvernement multiplie les appels à la sobriété. Alors que la facture électrique représentait déjà 30 % de leur résultat net avant cette envolée, les distributeurs se sont vite mobilisés. Dès mi-juillet, les grandes enseignes annonçaient une série de mesures, afin de réduire leurs consommations et contribuer à soulager le réseau lors des pics cet hiver.

Baisse de l’intensité lumineuse, réduction de la température ambiante, décalage de la production de glace… les actions prévues par le secteur pour répondre à l’urgence des prochains mois sont louables. Toutefois, il est nécessaire et souhaitable que ces mesures immédiates s’inscrivent dans une transformation énergétique plus profonde et durable. Les acteurs de la distribution doivent planifier cette trajectoire sur plusieurs années, et ce, dès aujourd’hui.

Une transformation énergétique sur le long-terme

L’impératif de sobriété s’installe. Le conflit en Ukraine aggrave une situation énergétique fragile, et ses conséquences vont durer. En France, la production nucléaire, mise à mal en raison de problèmes de maintenance, attendra 2 ou 3 ans pour reprendre de façon optimale. Face à ce contexte, le pays vise une réduction globale des consommations d’énergie de 10 % en 2 ans. En parallèle, le gouvernement travaille à sa future stratégie sur l’énergie et le climat et poursuit sa démarche de transition énergétique, avec l’objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050 en ligne de mire. D’autres réglementations, antérieures, nécessitent une évolution des comportements sur le long-terme. Le décret tertiaire exige notamment une réduction de 40 % des consommations d’énergie dans le tertiaire dès 2030, puis 50 % en 2040 et 60 % en 2050.

Planifier, c’est agir efficacement. Toutes les actions sont utiles, et il ne faut pas opposer court et moyen-terme. Seulement, les mesures immédiates doivent s’inscrire dans une trajectoire cohérente, pour savoir par où commencer, comment poursuivre, quelles actions aux « gains rapides » pourront financer les suivantes, et pour piloter avec une vue d’ensemble. En pensant dans la durée, les économies d’énergie seront plus importantes, efficaces et bénéfiques pour les distributeurs. Plus d’économies d’énergie, ce sont évidemment des factures qui baissent davantage, mais surtout une plus grande résilience aux aléas de l’approvisionnement énergétique. Il en va aussi de l’exemplarité et de la réputation des acteurs. Le débat autour de la répartition des efforts prend de l’ampleur, et les clients apprécieront de voir que leur enseigne fait sa part.

Planifier son action

Alors comment s’y prendre pour conjuguer l’urgence et le temps long ? D’abord, il est indispensable de connaître ses consommations. Les outils digitaux aident les entreprises à visualiser intelligemment l’ensemble de leurs données énergétiques, en particulier lorsqu’elles ont plusieurs sites. Afin d’éviter les pics et de soulager le réseau au plus vite, elles pourront commencer par repérer les anomalies, sources d’économies faciles, ou par mieux répartir leurs consommations au fil de la journée, avec l’aide d’algorithmes. Place ensuite à la sobriété et l’efficacité énergétiques. Pour optimiser l’existant, on pilote les équipements et on travaille sur les usages, quitte à aller jusqu’à interroger le modèle de vente. Quel équilibre trouver entre la valorisation des produits et la possibilité de rester ouvert ? Peut-on imaginer moins éclairer ou restreindre les horaires d’accueil ?

En investissant dans des travaux de rénovation ou dans le remplacement de certains équipements, les acteurs franchiront une étape supplémentaire dans la baisse de leurs consommations énergétiques. Plus le prix de l’énergie flambe, plus les temps de retours sur investissement se raccourcissent. Des mécanismes existent en plus pour garantir les économies réalisées et couvrir tout ou partie du financement. Enfin, une planification complète doit intégrer la contribution à la décarbonation du mix énergétique. Installer des panneaux photovoltaïques sur les toits ou des bornes de recharge sur les parkings, oui, à condition qu’ils soient dimensionnés et fonctionnent en cohérence avec le reste du système. On peut par exemple stocker le surplus d’électricité solaire dans des batteries, et l’utiliser lorsqu’il est pertinent de s’effacer du réseau.

Le signal prix marque un tournant dans la mobilisation de tous les acteurs face à l’urgence climatique. Plus que jamais, il faut se détourner de la gestion de crise pour penser dans la durée. Le cap à passer n’est pas l’hiver prochain, mais celui de l’enclenchement d’une transformation énergétique pérenne, qui combine sobriété, efficacité, et décarbonation.

A propos de l'auteur :
Marie-Sylvie Bertail est Directrice Générale de GreenFlex depuis 2020, après avoir été DGA pendant 7 ans en ayant notamment développé le pôle énergie (140 personnes), en lien avec les activités de financement et digital.
A propos de l'entreprise :
GreenFlex mise sur son modèle multi-expertise pour accompagner entreprises et territoires dans leur transition de A à Z (conception de leur feuille de route, mise en place opérationnelle, suivi et financement) et créer de la valeur économique, environnementale et sociétale. Regroupant aujourd'hui plus 500 personnes, GreenFlex ambitionne d'amener les acteurs économiques sur une trajectoire durable, en leur donnant les clés face aux enjeux de l’efficacité énergétique, de la décarbonation et du développement durable.

Sujets associés

NEWSLETTER Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

Tous les événements

Les formations LSA CONSO

Toutes les formations

LES SERVICES DE LSA CONSO

Trouvez les entreprises de la conso qui recrutent des talents

B&M

Directeur de Magasin H/F - France entière

B&M - 10/10/2022 - Franchise - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par
LSA

Les réseaux de Franchises à suivre

RAPID COUTURE

RAPID COUTURE

Réparez, Ajustez, Transformez

+ 2600 franchises référencées

Tout voir
Proposé par
Toute la Franchise

ARTICLES LES PLUS LUS