Social : l'Association familiale Mulliez peut-elle être qualifiée de groupe ?

|
Stéphane Ducrocq, avocat
Stéphane Ducrocq, avocat© DR

C'est ce que réclament deux comités centraux d'entreprise, ceux de Pimkie et de Saint-Maclou, et le syndicat FO. Ils ont chargé un avocat, Stéphane Ducrocq (photo), d'assigner 25 sociétés liées à l'Association familiale Mulliez (AFM) devant le TGI de Lille (59). Motif : « Constituer un groupe au titre des articles L.233 l et suivants du code du Commerce », ce qui permettrait de protéger les salariés en cas de plan social. « Une enseigne qui connaît des difficultés économiques serait obligée de faire des propositions de reclassement au sein du groupe avant de licencier », explique l'avocat. « Et si je licencie chez Auchan, je ne pourrai pas embaucher chez Boulanger », imagine celui qui a défendu avec succès les salariés d'Auchan sur le non-respect du paiement des temps de pause. Stéphane Ducrocq craint en effet que des « plans sociaux assez lourds » se profilent.

D'autres sociétés de l'AFM devraient emboîter le pas à Pimkie et à Saint-Maclou. Au grand dam de cadres dirigeants d'enseignes détenues par l'AFM, comme Francis Cordelette, le DG d'HTM (Boulanger), qui redoute, selon Les Échos qui le citent, « un manque de flexibilité ». Si cette demande était acceptée, un comité de groupe serait créé et une égalité des statuts pourrait voir le jour, comme un alignement des rémunérations...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2221

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous