Social : le repentir tardif d'Ikea

|
Stefan Vanoverbeke, directeur général d'Ikea France.
Stefan Vanoverbeke, directeur général d'Ikea France.© DR

Un mois et demi après les révélations du Canard enchaîné selon lesquelles Ikea aurait surveillé illégalement pendant des années des salariés, le directeur général d'Ikea France, Stefan Vanoverbeke, bat sa coulpe. Il condamne ces pratiques et annonce un plan d'action décliné en quatre points : une charte éthique, la clarification des règles de recrutement, la révision du mode de gouvernance et un renforcement des compétences. Objectif : apporter davantage de transparence et veiller à l'application des règles internes et externes. Un groupe de travail a été mis en place et doit « renforcer les valeurs et les standards éthiques » pour une durée de trois mois. Sur le plan pratique, des « ambassadeurs », directeurs de magasin ou managers, seront chargés de mettre en musique ces règles. Présenté le 6 avril aux syndicats lors d'un comité central d'entreprise, ce plan laisse les partenaires sociaux dubitatifs. « C'est un leurre destiné aux médias, estime l'un d'entre eux. Cette charte éthique était dans les tiroirs depuis quelques mois déjà. Sa mise en place devait se faire en fin d'année, elle a été simplement avancée. » Et de dénoncer la désignation de « boucs émissaires » (les responsables mis en disponibilité), alors qu'il « faudrait remonter toute la chaîne ». Une nouvelle rencontre entre la direction et les syndicats est prévue le 23 avril.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2223

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous