Sodexo croque la foodtech de livraison de repas Foodchéri

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le groupe de restauration pour entreprises prend une participation majoritaire dans la start-up pour l'aider à ouvrir de nouvelles villes françaises et à développer son activité BtoB.

Sodexo croque la foodtech de livraison de repas Foodchéri
Sodexo croque la foodtech de livraison de repas Foodchéri© Fanny Marechal

Le groupe Sodexo annonce avoir pris une participation majoritaire dans Foodchéri, sans divulguer le montant de l’opération. Lancée en avril 2015 par Patrick Asdaghi, Julia Vernin et David Ginat sur le modèle de l’américain Munchery, la start-up livre chaque semaine à domicile 12000 repas prêts à réchauffer qu’elle a préparés elle-même dans ses cuisines. Sodexo y injecterait également entre 13 et 16 millions d’euros pour lui permettre de se développer, selon Les Echos.

Dans les projets de Foodchéri : une consolidation de son service à Paris et en petite couronne, l’extension à deux nouvelles villes de France dès 2018, la construction d’une nouvelle cuisine de 2000 mètres carrés (au lieu de 500 aujourd’hui), et bien sûr des recrutements. L’européanisation n’est pas exclue, mais elle devrait attendre au moins 2019 ou 2020, la jeune pousse ayant encore beaucoup à faire en France. Surtout, Foodchéri entend développer son activité BtoB bien au-delà de ses 200 entreprises clientes actuelles, en s’appuyant sur le leader des restaurants d’entreprise pour se positionner comme une cantine virtuelle pour les sociétés de petite taille.

Un activité qui nécessite de gros moyens

Deux start-up se positionnent sur le même créneau que Foodchéri en France. Nestor est encore peu développé, mais Frichti, qui a levé 30 millions d’euros en mai 2017, est le plus avancé des trois (300 collaborateurs contre 70 chez Foodchéri). Cette activité nécessite en effet de lourds investissements, pour financer aussi bien la construction de cuisines que le sourcing de produits de qualité achetés en flux tendu. Foodchéri avait levé 1 million d’euros en septembre 2015 puis 6 millions un an plus tard, mais n’avait pas pour autant réussi à sortir de Paris comme annoncé. Les moyens apportés par Sodexo devraient désormais lui permettre de se battre à armes égales avec Frichti.

Côté Sodexo, le groupe « spécialiste des services de qualité de vie » ne cache pas qu’il cherche à se renforcer sur quatre axes : la flexibilité, le nomadisme, la simplicité et l’hyperactivité. Cette acquisition semble donc effectivement faire suffisamment sens pour les deux parties pour que Foodchéri ait éconduit d’autres prétendants. Le management de la start-up reste aux manettes et continuera à gérer la société de façon autonome.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA