Son avis sur la succession

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
MICHEL-EDOUARD LECLERC

LSA - Quel est votre rôle aujourd’hui, et votre succession est-elle ouverte ?

M.-É. L. - Ma succession a toujours été ouverte, dès mon embauche ! Ce n’est pas un sujet tabou. Je suis entré en 1976 chez E. Leclerc. J’ai commen­cé dans le Groupement en tant que salarié d’une boîte d’intérim pour que le groupe ne soit pas obligé de licencier le fils du fondateur si l’expérience tournait court. Il y avait eu des expériences douloureuses dans la concurrence !

J’ai 64 ans et ai toujours vécu dans l’idée que je ne travaillais pas chez moi, malgré l’éponymie, mais dans une coopérative et au service d’un projet col­lectif. Dans ma vie, j’ai exercé beaucoup de fonctions : secrétaire général du Galec [achats, NDLR], fondateur et directeur général de la Siplec [carbu­rants, NDLR], j’ai piloté des projets commerciaux sur les espaces culturels, la parapharmacie, etc. Mon rôle, aujour­d’hui, n’est pas d’être dans l’opéra­tionnel direct. Je préfère conseiller et accompagner la nouvelle génération, que je trouve talentueu­se. Tant que ça fonctionne bien, je reste l’inspirateur et le porteur de la stratégie. Moi, je prends mon pied avec eux. Même si person­ne n’est pas substituable, tout le monde est rempla­çable et, quand les adhérents me renverront vers ma Bretagne, je saurai entendre le discours. En attendant, j’ai à leur demande pris l’engagement de continuer le plus longtemps possible à les fédérer, et à faire en sorte que le Mouve­ment reste bien fidèle à ses valeurs.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2414

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA