Sony ou le culte de l'innovation technologique

|

Avec des innovations majeures comme le Walkman, le CD ou la PlayStation, Sony s’est imposé comme un des poids lourds du marché de l’électronique grand public.

Pendant le CES 2017, Sony a réédité son mythique Walkman.
Pendant le CES 2017, Sony a réédité son mythique Walkman. © Sony

"Sony est avant tout un état d’esprit." Selon Gildas Pelliet, le directeur général de Sony France, Masaru Ibuka et Akio Morita ont, dès la création de l’entreprise, bousculé les codes. L’ingénieur et le businessman débutent leur aventure, entassés à dix dans un bureau installé au cœur d’un Tokyo en ruines. L’entreprise japonaise adopte une philosophie innovante, résumée dès 1946 en une dizaine de principes. Dans l’entreprise d’électronique s’impose un management à l’occidentale et une hiérarchie très fluide, à mille lieues de la tradition japonaise. "L’un des fondateurs expliquait qu’il serrait la main de tous les nouveaux collaborateurs car l’un d’entre eux pouvait devenir patron de l’entreprise", raconte Gildas Pelliet.

Ces patrons au charisme exceptionnel sont ouverts à leurs employés. "Ils voulaient créer une entreprise idéale où l’innovation est reconnue, et où les jeunes sont encouragés à inventer", poursuit Gildas Pelliet. À la manière d’un incubateur, le Seed Acceleration Program (SAP) permet de faire fructifier les idées des ingénieurs, en produisant des petites séries et des échantillons. Avec, d’un côté, ceux qui créent l’innovation et, de l’autre, une entité business pour les vendre, le mélange est explosif. Résultats : le transistor, la télévision portable dans les années 60, le magnétoscope, le Walkman en 1979, le CD dans les années 80, puis les consoles Play­Station…

Un esprit libre et novateur

Au-delà de l’innovation, Ibuka et Morita ont d’emblée en vue l’internationalisation de l’entreprise, nommée Totsuko à l’origine. Ils adoptent un nom prononçable, Sony (croisement du nom latin sonus et de l’expression anglaise sunny boy – qui désigne une jeune personne avec un esprit libre et novateur), et ouvrent une première filiale en 1960 aux États-Unis, puis en 1973 en France. Très vite, Sony diversifie son activité avec le cinéma, rachetant en 1989 Columbia, qui devient Sony Corp. Dès 2002, pour la mobilité, Sony s’associe au numéro un mondial, Ericsson – avec des résultats mitigés. En 2011, l’entreprise rachète les parts d’Ericsson et reprend l’intégralité de l’activité. L’Xperia Z, le premier smartphone waterproof du marché, sort en 2013. Jean-Raoul Gelis, directeur général de Sony Mobile France, explique que "sur le mobile, Sony a l’ambition de rester numéro trois en volume et en valeur, et de demeurer profitable".

L’Europe est la première zone mondiale pour Sony, qui possède un siège social à Londres et un bureau de design en Suède. Lors de l’IFA de Berlin, en septembre dernier, l’entreprise a présenté l’Xperia Projector, qui permet d’interagir avec l’image projetée. La PlayStation VR a aussi été un des gros lancements de 2016. Sony devrait sortir une enceinte à 360° en verre organique – en gestation depuis un ou deux ans. La philosophie Sony imprime aujour­d’hui encore les innovations de l’entreprise. 

En dates

1946 Création de Sony à Tokyo

1973 Ouverture de la filiale française

1979 Sony sort son Walkman

2011 Rachat des parts d’Ericsson

En chiffres

66 milliards d’euros Le CA 2016

385 millions Le nombre de Walkman vendus à travers le monde

157 millions Le nombre de PlayStation 2 écoulées entre 2000 et 2015

Source : Sony

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2443

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message