SPARTOO, une pointure de la chaussure

|

Pionnier dans la vente de chaussure en ligne, Spartoo continue de croître en élargissant son offre et en accélérant son développement à l'étranger. Dans un contexte de plus en plus concurrentiel.

L219808001_3Z.jpg
L219808001_3Z.jpg© GUILLAUME MURAT, DR

C'est en 2006, tout fraîchement diplômé de l'École des mines, que Boris Saragaglia démarre l'aventure de Spartoo. Influencé par la réussite de sites américains, il persuade deux de ses amis, Jérôme Touchard, également diplômé des Mines, et Paul Lorne, diplômé de Centrale et de HEC entrepreneurs, de faire le grand saut avec lui. Le démarrage est difficile : « Il a fallu trouver les bons prestataires et, surtout, convaincre les partenaires marques et financiers », se souvient Boris Saragaglia. Pas facile à 23 ans!

 

 Réussite éclair Tenaces

Les trois associés parviendront à lever 1,2 M € pour se lancer et vendront leur première paire de chaussures en août 2006. Le succès est vite au rendez-vous pour la petite start-up, qui réalise 400 000 € de chiffre d'affaires en six mois d'activité, puis 5 M € en 2007 et 18 M € en 2008. Entre-temps, elle a complété son portefeuille, passant de 50 marques en 2006 à 400 aujourd'hui, pour plus de 15 000 modèles référencés.

 

Expansion En 2009

La société, devenue profitable grâce à « beaucoup de travail et de batailles pour optimiser les investissements », s'internationalise. « Dès 2008 la décision a été prise de se lancer à l'international, compte tenu de nos résultats très positifs en France », indique Boris Saragaglia. Fin 2009, Spartoo lève à cet effet 12,3 M € auprès de fonds américains qui vont lui permettre de réaliser les investissements, notamment marketing, nécessaires à sa croissance. Des directeurs pays sont recrutés et c'est depuis son siège français que Spartoo pilote tous ses sites européens, dont le Royaume-Uni et l'Italie dès 2009. Suivront ensuite l'Espagne et l'Allemagne en 2010 puis les Pays-Bas, la Finlande, la Pologne, la Suède, le Portugal, la Grèce et le Danemark en 2011.

 

Acquisitions Courant 2010

La société débute également une stratégie d'acquisition. En France, elle rachète en février une petite enseigne, sacby.com, puis en fin d'année le site anglais de chaussures Rubbersole pour développer ses positions au Royaume Uni.

 

 L'avenir en mode luxe

Spartoo n'exclut pas d'autres acquisitions à l'avenir. « Nous regardons les opportunités. Nous avons un niveau de cash satisfaisant et sommes ouverts à toutes les possibilités », assure Boris Saragaglia, qui veut rester centré sur le secteur de la chaussure. Tout en diversifiant sa clientèle avec, notamment, un site dédié aux chaussures de luxe, Le Temple, lancé l'an dernier. Et avec la volonté de renforcer son leadership en Europe en construisant chaque pays... pas à pas.

SPARTOO EN DATES

2006 Création de spartoo.com, avec une levée de fonds de 1,2 M E 2007 Nouvelle levée de fonds (4,3 M E) 2009 Ouverture en Grande-Bretagne et en Italie 2010 Rachat de sacby.com, lancement du site Le Temple dédié aux chaussures de luxe, rachat de shoes.fr. Ouverture en Espagne et en Allemagne et présence dans 13 pays anglophones. Lancement du magazine de mode Too. 2011 Rachat de rubbersole.co.uk et ouverture dans sept nouveaux pays : Pays-Bas, Finlande, Pologne, Suède, Portugal, Grèce et Danemark.

SPARTOO EN CHIFFRES

100 M E de chiffre d'affaires global prévu en 2011 120 salariés 12 millions de visiteurs uniques par mois en Europe 400 marques et 15 000 modèles 1 million de paires de chaussures vendues en 2010 700 000 paires de chaussures en stock 20 pays européens couverts par l'enseigne

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Article extrait
du magazine N° 2198

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message