Spécialiste des circuits courts, « La Ruche qui dit Oui ! » lève 8 millions d’euros

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La plate forme de mise en relation entre producteurs locaux et clients continue de se développer à grande vitesse et vient d’obtenir 8 millions d’euros lors d’une nouvelle levée de fonds, auprès de partenaires internationaux.

Plateforme de mise en relation entre producteurs et consommateurs, La Ruche qui dit Oui vient d'effectuer une nouvelle levée de fonds.
Plateforme de mise en relation entre producteurs et consommateurs, La Ruche qui dit Oui vient d'effectuer une nouvelle levée de fonds.© La Ruche qui dit Oui

Le principe de la Ruche qui dit oui ! est très actuel et explique son succès. Cette plate-forme collaborative joue les intermédiaires entre des producteurs locaux et les locavores. Les membres passent commande sur internet, et il ne reste qu’à trouver un lieu -une ruche- pour organiser une distribution le jour J.

Pour se structurer, une nouvelle levée de fonds vient d’être effectuée, d'un montant de 8 millions d’euros. Elle ouvre le capital à l’international puisque les fonds de capital risque USV (Etats-Unis), Quadia (Suisse), Felix Capital (Europe) et XAnge ont mis au pot.

Avant même ce nouveau tour de table, plusieurs investisseurs, et pas des moindres, ont été convaincus par cette structure collaborative très dans l’air du temps puisque Marc Simoncini, le fondateur de Meetic, et Xavier Niel, celui de Free ont pris des parts dans l’entreprise. La ruche qui dit oui a été créée par Guilhem Chéron, président, et Marc-David Choukroun, directeur général.

Ce principe de circuit court extrêmement simple permet à cette startup de connaître un développement exponentiel. Créée en 2011, elle comptait 24 ruches lors de sa première année d’existence, un chiffre qui est passé à 637 en 2014

Un partage des commissions transparent pour tout le monde

"Notre mission est de fournir aux producteurs les meilleurs outils et services possibles pour pouvoir commercer de façon autonome. Cette grande ambition nécessite de grands moyens, avant tout des compétences et des savoir-faire. C’est pour cette raison que nous avons décidé de nous associer à de nouveaux partenaires qui nous apportent non seulement des moyens financiers mais surtout leur expertise" a commenté Guilhem Chéron.

Chaque responsable de ruche, qui gère l’organisation et la distribution des commandes le jour J touche une commission de 8,35 % sur le chiffre d’affaires hors taxe réalisé, tandis que La Ruche qui dit Oui ! en prend autant. De quoi laisser  83,3 % des ventes aux producteurs, qui fixent eux-mêmes leurs prix. Avec cette structure tournée vers le travail collaboratif, la Ruche qui dit oui ! vise un chiffre d’affaires de 27 millions d’euros cette année.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA