Marchés

Staples Office Depot : la FTC dit non

· En dépit de la proposition faite par Staples et Home Depot de céder 63 de leurs magasins à leur concurrent OfficeMax, la Federal Trade Commission a de nouveau rejeté, le 4 avril, leur projet de fusion. Au nom de la réglementation antitrust, les gendarmes de la concurrence ont opposé un veto catégorique à la réunion des deux category killers, qui aurait créé un géant de 1 100 magasins et 10 milliards de dollars de ventes. Staples a d'autant plus mal encaissé le coup que la transaction au profit de OfficeMax avait été suggérée par l'agence pour rétablir la concurrence sur certains marchés. Thomas Stemberg, le patron de Staples, n'exclut pas de s'opposer à la décision de la FTC au cours du procès administratif qui va suivre, espérant « être plus chanceux avec un juge indépendant ». Cette décision n'entravera pas le développement d'Office Depot en France (2 magasins) avec son partenaire Carrefour. Mais elle empêche une expansion concertée en Europe entre Office Depot et les filiales de Staples en Grande-Bretagne et en Allemagne.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter