Stationmarché multiplie les ouvertures

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

L'enseigne du Groupement des Mousquetaires poursuit sa croissance à marche forcée avec plus de trente ouvertures en moins de trois ans. En attendant l'adoption, début 2002, d'un nouveau concept.

Première enseigne indépendante de réparation automobile, Stationmarché s'est hissé, en l'espace de dix ans, au troisième rang des centres-autos, derrière Norauto et Feu vert. Cette croissance, résultat d'une politique de développement soutenu avec plus de trente points de ventes créés depuis 1998, a conduit l'enseigne automobile du Groupement des Mousquetaires à participer, pour la première fois, au Mondial de l'automobile afin de donner un coup d'accélérateur à sa politique de recrutement. D'autant que Stationmarché n'entend pas s'arrêter en si bon chemin. Non content d'avoir franchi, cette année, le cap du milliard de francs (150 millions d'EUR) de chiffre d'affaires, Jean-Pierre Meunier, président d'ITM entreprise, entend bien poursuivre l'expansion de l'enseigne dans l'Hexagone et hors de nos frontières. « D'ici à la fin de l'année, nous allons porter à huit le nombre de nos centres au Portugal et, l'année prochaine, ce ne sont pas moins de dix nouveaux points de vente qui verront le jour », explique Jean-Pierre Meunier, qui projette également de s'implanter en Pologne.

Créé en 1982, Stationmarché a fondé, en partie, sa réussite sur sa politique de prix, grâce à la puissance d'achat du Groupement des Mousquetaires.

Conscient que c'est grâce à cette politique que Stationmarché est considéré comme un concurrent à part entière par Norauto et Feu vert, le Groupement a mis en place, au tout début de l'année, une nouvelle centrale d'achats baptisée Groupe Auto. Basée à Tréville (91), elle approvisionne en accessoires tous les Stationmarché ainsi que les rayons automobiles des Intermarché.

Adopter la « singularisation »

Le prochain grand projet porte sur l'adoption par l'ensemble du réseau, début 2002, du concept dit en interne de « singularisation ». Il porte, entre autres, sur une réorganisation en univers de l'espace libre-service et la mise en place d'une nouvelle signalétique. Autant de chantiers qui devraient permettre à Stationmarché de conforter sa position sur un marché où les enseignes, qui ne bénéficient pas d'une image forte et d'un réseau de magasins suffisant, sont promises à disparaître ou à être rachetées par leurs concurrents.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1692

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA