Equipmag 2014

Step-In, comment récompenser la venue en magasin via une application mobile

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

VIDÉO Cette start-up française récompense le client qui entre en magasin et fréquente des rayons ciblés par des points, convertibles en cadeaux. Grâce à un système de géolocalisation d’un nouveau genre, le magasin ou la marque peuvent aussi attirer et gratifier le client lorsqu’il passe devant un rayon ou un produit précis, ou vers une zone promotionnelle. Présentation de ce service de "mobile to store" qui s’inspire du succès de Shopkick aux Etats-Unis.

Une fois géolocalisé en magasin, le client récolte des points, convertibles en cadeaux.
Une fois géolocalisé en magasin, le client récolte des points, convertibles en cadeaux.

Le concept de "mobile to store" débarque en France, avec le lancement en mars sur l’Apple Store et la plateforme Android, de l’application mobile Step-In, conçue par la start-up éponyme. Le principe ? Créer du trafic en magasin et dans certains rayons précis, à la demande de l’enseigne ou d’une marque, en récompensant le client par un système de points qui, cumulés, sont convertibles en cadeaux. Grâce à un système de géolocalisation et de check-in "in store", les points ne sont accordés que si le client se rend dans la zone précise.

Le principe de "Mobile to store" cartonne déjà depuis trois ans aux Etats-Unis, où il a été imaginé par Shopkick. Cette appli mobile, utilisée par 6 millions d’Américains, est activée dans une dizaine d’enseignes, qui sont partenaires exclusives, comme Best Buy, Macy’s,  American Eagle, Target ou, encore, Crate & Barrel. Shopkick est la 4e application mobile la plus téléchargée et utilisée, selon les relevés de Nielsen :

Shopkick figure parmi les appli les plus recherchées sur les App Store, juste derrière les mastodontes du e-commerce. Les utilisateurs y passent le plus de temps en moyenne. Source : Nielsen

Olivier Serfaty, le jeune créateur de Step-In (et frère de Dan Serfaty, le fondateur de Viadeo), reprend ce principe de « Mobile to store », tout en proposant une nouvelle approche. Une fois l’application téléchargée, le client est identifié et géolocalisé en magasin grâce à une technologie inédite : les "ultrasons". "Il suffit d’installer des boîtiers à ultrasons, qui interagisse avec le smartphone (les ultrasons sont captés par les microphones) puis l’application, à l’entrée du magasin et dans les rayons où l’on veut attirer le client", décode-t-il. Les boîtiers fonctionnent grâce à l’électricité. Une prise de courant suffit donc pour les installer.

"L'objectif c'est de créer du trafic en magasin et de fidéliser le client"

A l’entrée du magasin, le client lance l’application et la récolte de points (les "steps") commence, même s’il n’a rien acheté. "L’objectif premier, c’est de susciter du trafic en magasin, de bien vérifier que le client pénètre dans le point de vente, et de le fidéliser", insiste Olivier Serfaty. Le client peut consulter sur son appli les enseignes et magasins affiliés à Step-In, et ceux qui sont situés le plus proches de lui

Voici en vidéo, un résumé du fonctionnement de Step-In:

Une fois l’appli lancée, un "push", accompagné d’une pastille sonore, précise le nombre de points obtenus.

Le fait de rentrer dans le magasin affilié au programme Step-In et de lancer l'appli fait récolter des points. un push sonore indique le nombre de points récoltés lorsque le client a pénétré de plusieurs mètres dans le point de vente (photo de démonstration).

L’objectif, ensuite, est d’inciter le client à fréquenter les "zones froides" du magasin. "Par exemple, un magasin alimentaire a intérêt à développer le trafic et les ventes en non-alimentaire, où les marges sont meilleures. On peut aussi guider les clients vers les zones promotionnelles", indique le jeune patron.

Dans un second temps, l'application propose au client de le récompenser s'il fréquente certains rayons du magasin, où des balises le géolocaliseront à nouveau (photo de démonstration).

Pour cela, les mêmes balises à ultrasons sont installées devant les rayons ou les produits devant lesquels l’enseigne ou une marque veut stimuler le trafic. Un dispositif de PLV aiguille l’utilisateur de Step-In vers ces zones. L’appli réplique alors le principe : la balise géolocalise le client lorsqu’il se trouve à l’endroit souhaité, et le récompense par des points.

Dans le cas d’une promotion poussée par Step-In, un coupon mobile apparaît, là-encore lorsque le client se trouve devant le produit. La promo sera accordée en caisse, le coupon mobile disposant d’un code-barre à scanner.

Des promotions ciblées peuvent être poussées via l'appli. Pour en bénéficier, le client se rend devant le produit. Le coupon affiche ensuite un code-barre à scanner en caisse (photo de démonstration).

Step-In, dans son principe, n’abonde pas les comptes fidélités des clients. "Les cartes fidélité des enseignes font déjà cela", juge Olivier Serfaty. La logique est plutôt multi-enseignes et multi-secteurs, afin de nourrir l’ensemble des partenaires de ce programme. Exemple: un client gagne des points dans son commerce alimentaire, mais peut les dépenser dans une chaîne de cafés ou de restauration, dans un commerce textile, payer un voyage ou, encore, faire un don à une association caritative.

Au moins 4 visites en magasin par mois

L’appli répertorie le nombre de points engrangés et leur total, et précise le nombre à atteindre pour s’offrir les différentes récompenses. "L’objectif est d’offrir un premier niveau de cadeau tous les mois, c’est-à-dire après 4 visites en magasin, sachant qu’un client fréquente en moyenne 3,6 magasins par mois", confie l’entrepreneur.

L'onglet "cadeaux" de l'appli répertorie le nombre de points engrangés et ceux nécessaires pour s'offrir les cadeaux (photo de démonstration).

Pour inciter les consommateurs à utiliser au maximum l’appli et à les fidéliser, Step In propose plusieurs options. Parrainer un ami, d’abord, une option possible aussi via Facebook connect ou Twitter, afin de le faire savoir à la communauté. Autre option : proposer au client de lire le catalogue complet d’une enseigne partenaire du programme, le tout étant encapsulé dans l’application mobile. "Les points ne sont offerts que si toutes les pages sont feuilletées", précise Olivier Serfaty. Il est aussi possible de sélectionner les produits favoris dans le catalogue, afin de constituer une "shopping list". "Cette information sur le client sera transmise à l’enseigne qui, si elle le souhaite, pourra lui faire une offre sur-mesure", ajoute-t-il.

L'appli se rémunère au "check in"

Reste la question du coût du service pour les enseignes partenaires. "Le modèle économique, c’est de faire payer au check-in devant la borne", souligne Olivier Serfaty. L’enseigne doit aussi installer les bornes aux emplacements où elle veut créer du trafic client.

Step-In vient de parapher des contrats avec deux distributeurs français, et va déployer des boîtiers dans une centaine de points de vente à partir de mars. La start-up espère séduire une dizaine d’enseignes d’ici à la fin de l’année, sur un segment où les acteurs sont encore rares, Shopkick, par exemple, restant dans une logique domestique, sur son marché américain.

En France, quelques acteurs comme Fidzup explorent davantage la voie du retargeting publicitaire en s’appuyant aussi sur la technologie des ultrasons pour géolocaliser le client.

Première levée de fond

Pour appuyer son développement, Step-In a levé mi-février 600 000 euros de fonds auprès de business angels comme Xavier Niel, le patron de Free, Jacques-Antoine Granjon, celui de Vente-Privées.com, ou encore les frères Jean-Emile et Steve Rosenblum (fondateurs de Pixmania et du concept de magasin The Kase). Une deuxième levée de fonds pourrait intervenir ces prochains mois.

 

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des équipements et technologies pour le magasin et de la supply chain des distributeurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA