Stéphane Le Foll et Guillaume Garot absents du Congrès de la FNSEA à Biarritz

|

C’est la première fois qu’un congrès de la FNSEA n’est pas clôturé par le discours du ministre de l’Agriculture. Stéphane Le Foll est resté à Paris, et Guillaume Garot, son ministre délégué, ne s’est pas déplacé non plus… C'est à cause des élections municipales, mais pas seulement.

Stéphane Le Foll et Guillaume Garot signent un accord pour la charcuterie avec les autorités chinoises. Loin de Biarritz.
Stéphane Le Foll et Guillaume Garot signent un accord pour la charcuterie avec les autorités chinoises. Loin de Biarritz.

Pourquoi ? Le ministre de l’Agriculture et de la Forêt, Stéphane Le Foll, ne s’est pas déplacé à Biarritz pour clôturer le 68ème Congrès de la Fédération nationale des exploitants agricoles (FNSEA). Ni Guillaume Garot, ministre délégué à l’agroalimentaire. C’est la première fois qu’un congrès annuel des agriculteurs n’accueille pas son ministre de tutelle. Xavier Beulin, seul à la tribune a expliqué leur absence en raison des élections municipales. Une sorte de neutralité face à l’enjeu électoral, en quelque sorte.

C’est sans doute une explication. Mais il y en a peut-être d’autres. Les rumeurs de remaniement ministériel qui courent, avec un nouveau premier ministre et un gouvernement "resséré" devraient assurément être fatals aux ministres de la rue de Varenne. Guillaume Garot, en très mauvaise posture pour l’élection municipale à Laval, et compte tenu de la réduction du nombre de ministres, est à peu près sûr de perdre son portefeuille, que d’aucuns ont d’ailleurs estimé de peu d’utilité.

Stéphane Le Foll n’est pas dans ce cas de figure, car d’une part le ministère de l’Agriculture ne disparaîtra pas – ce serait un séisme – et d’autre part il s’agit d’un proche de François Hollande, ce qui devient assez rare compte tenu de la tempête médiatique qui a déferlé à la suite du premier tour des élections municipales. En revanche, il se murmure que le ministre aimerait bien changer d’herbage. Le changement serait pour maintenant. On lui prête des envies de diriger le parti socialiste, comme à Benoît Hamon, ministre de la Consommation, d’ailleurs. Il pourrait aussi venir épauler le président dans le staff élyséen, qui manque d’étoffe.

Voilà ce qui pourrait expliquer l’absence des ministres à Biarritz. Il y a une autre explication possible, mais qui ne pourra pas se vérifier. Xavier Beulin a peut-être eu peur des réactions de son public, qui aurait pu se montrer très hostile aux ministres. La crise que traverse l’agriculture et l’agroalimentaire – avec des fermes qui disparaissent, des licenciements dans les usines, des contraintes environnementales, la réintroduction du loup dans les montagnes et les campagnes et enfin la fameuse écotaxe à 1,2 milliard d’euros qui va d’abord frapper les productions agricoles – rendent les paysans très nerveux. L’apparition des "bonnets rouges" dans l’Ouest en offre un bel exemple.

L’absence est d’autant plus remarquée au Congrès de la FNSEA que pas moins de 4 ministres s’étaient succédés au Congrès des coopératives agricoles qui s’est tenu en décembre dernier : Stéphane Le Foll, Guillaume Garot, Benoît Hamon et même le ministre de l’Ecologie, Philippe Martin. A Biarritz, Xavier Beulin a demandé au gouvernement de "passer aux actes", malgré le vide ministériel. Et il a discrètement lâché le nom de celui qu'il verrait à la place de l'actuel locataire de la rue de Varenne : Didier Guillaume, sénateur PS, président du conseil général de la Drôme et rapporteur de la loi d'avenir de l'agriculture au Sénat…Peut-êre, mais il faut aussi faire de la place à Ségolène Royal, Jean-Christophe Cambadélis, et Benoît Hamon, en cas de besoin de donner un visage de gauche à la gauche.

On sait par ailleurs ce que faisaient précisément les deux ministres agricoles lors de la clôture du congrès. Ils étaient tous les deux ensemble… à Bercy. Pour parapher un accord historique avec les autorités chinoises facilitant les exportations de charcuterie. Là, nul n’est venu brider leur parole ou fermer les sourires. Les représentants des autorités chinoises sont toujours très bien éduqués…Mais pour le remaniement, ce qui paraît évident, c'est qu'il est pour maintenant...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter