Stratégie : Un Jour Ailleurs mal en point

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
L’enseigne Un Jour Ailleurs propose des vêtements destinés à une clientèle féminine de jeunes seniors.
L’enseigne Un Jour Ailleurs propose des vêtements destinés à une clientèle féminine de jeunes seniors.

Jusqu'à fin 2010, tout allait bien. La chaîne de quelque 200 magasins (124 succursales en France, 19 en affiliation, 60 à l'étranger) dégageait une rentabilité de plus de 10%, avec un résultat d'exploitation de 18 M € pour un CA de 180 M €, en 2011. Fin 2012, le résultat d'exploitation est tombé à 5,4 M € et le CA à 151 M €. Un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) portant sur une centaine de postes, sur 700 personnes au total en France, a été présenté il y a quelques jours, et une procédure de conciliation engagée.

Depuis, Félix Soussan, fondateur d'Un Jour Ailleurs en 1984, dont il détient toujours plus de 30% du capital, a décidé de se porter à la rescousse de cette entreprise contrôlée à 66% par le fonds d'investissement Fuja Holding en proposant un plan de recapitalisation.

Les syndicats, eux, dénoncent une dégradation du climat social. « Le nombre de jours d'absence est passé de 9 800 en 2009 à 16 400 en 2012 », précise Brigitte Cojan, déléguée syndicale centrale CFTC, le syndicat majoritaire. Autre travers : des choix commerciaux « hasardeux », comme le nouveau concept visant à moderniser des magasins destinés à une clientèle féminine de plus de 60 ans.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2261

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA