Stuart, nouvel acteur sur la livraison collaborative

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Créée il y a un an et après 6 mois de test sur Paris, la société de livraison collaborative BtoB Stuart se lance officiellement à Paris, Londres et Barcelone ce mardi 19 avril 2016. 

Stuart travaille déjà avec plusieurs enseignes comme Franprix, Resto-In, Monceau Fleurs et Sushi Shop.
Stuart travaille déjà avec plusieurs enseignes comme Franprix, Resto-In, Monceau Fleurs et Sushi Shop.© Roméo Balancourt
La livraison du dernier kilomètre est un véritable enjeu pour le commerce au sens large. Chaque enseigne implantée en centre-ville cherche des solutions plus écologiques, s’attendant que les décisions gouvernementales ou du moins municipales tombent pour fermer les centres aux véhicules polluants.
Dans le cas de l’alimentaire, que l’on parle de restauration ou de courses alimentaires, la livraison collaborative monte progressivement. L’entreprise Stuart se positionne désormais sur le créneau, au même titre que Delivroo, et ouvre officiellement ce mardi 19 avril ses bureaux à Paris, Londres et Barcelone.
"Nous existons depuis un an et nous testons notre solution depuis 6 mois sur la ville de Paris avec des clients utilisateurs que sont Franprix, Sushi Shop, Resto-In, Monceau Fleurs et des commerces indépendants", détaille Benjamin Chemla, co-fondateur de Stuart
Côté finance, l'entreprise a dans ses investisseurs et business angels Jacques-Antoine Granjon, CEO de Vente-privee.com, et Olivier Mathiot, CEO de PriceMinister-Rakuten, et des entreprises comme le Groupe La Poste via sa filiale GeoPost. Au total, Stuart a déjà levé 22 millions d’euros mais ne souhaite pas préciser son chiffre d'affaires actuel.
 
Une plateforme technique avant tout
Stuart est une plateforme technique qui connecte commerçant ou e-commerçant et des livreurs professionnels indépendants. Les modes de transports proposés vont du pédestre à la voiture, en passant par le vélo et le vélo-cargo. "Nous travaillons déjà avec une centaine de clients et nous disposons de plusieurs milliers de transporteurs, qui sont assurés par nos soins tout comme la marchandise qu’ils transportent", précise le co-fondateur.
A chaque demande de mise en relation, le commerçant paiera la course à un tarif qui fluctue selon la distance à parcourir et l’outil de transport. "La plus demandée est une course de moins de 3 kilomètres à vélo facturé 6 euros pour le commerce, détaille Benjamin Chemla. Nous touchons de notre côté une commission en tant qu’apporteur d’affaires sur la facturation." Le dirigeant ne souhaite pas donner de chiffres précis sur cette commission, rappelant que celle-ci finance le développement informatique et inclus l’assurance.
 
3 outils pour les commerçants
Plus exactement, Stuart propose trois outils pour les professionnels : une application mobile disponible sur l’Apple Store ou Google Store; une version Web App pour une gestion via un ordinateur ainsi qu’une API, un logiciel qui sera directement intégré dans le logiciel de caisse ou en fin de parcours d’achat sur les sites des e-commerçants.
"L’API est déployé chez Resto-In et CDiscount, explique le co-fondateur. La raison d’être de Stuart est de se tourner vers l’économie locale et de nous substituer aux clients pour  aller chercher leurs produits à leur place. Nous devons être multi-enseignes pour obtenir une grande densité de produits et de clients. Nous ne visons pas la livraison de particulier à particulier mais cela pourrait être une conséquence seconde et indirecte. Nous pensons davantage aux PME qui pourraient proposer un service de livraison tout en conservant leurs marges."

 

1 commentaire

pasap

24/03/2017 00h17 - pasap

bonjour, votre portrait de stuart est joli mais la réalité, bien différente. pour ses livraisons, elle emploi des coursiers auto-entrepreneurs mais qui sont en réalité, des salariés non déclarés , donc = travail dissimulé . sinon, comment expliquer que ses soi-disant auto-entrepreneurs n'établissent jamais de factures à leurs noms et exercent sans contrat de prestation de service signés avec stuart . la justice est saisie. je vous écrirait la suite cordialement

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque semaine l’actualité des équipements et technologies pour le magasin et de la supply chain des distributeurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA