Succès fulgurant pour E.Leclerc, qui ouvre son 600e drive

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Entré assez tard dans la sphère du drive, E. Leclerc en a ouvert 600 en moins de dix ans. Une véritable arme de guerre, qui génère plus de 2,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

drive leclerc toulouse2.jpg
drive leclerc toulouse2.jpg© dr

Ce mois-ci, E. Leclerc ouvre cinq nouveaux dri­ves. Rien d’extraordinaire en soi, excepté que l’un d’entre eux est le 600e du réseau, un chif­fre loin d’être anecdotique à plusieurs titres. Car E. Leclerc a mis les bou­chées doubles sur ce canal de vente auquel l’enseigne s’est intéressée tardivement, par rapport au précurseur Auchan. Après un retard à l’allumage, il est désormais au cœur de la stratégie du groupement d’indépendants. « Le pre­mier site d’e-commerce chez Le­clerc, c’est le drive, avec des ventes de 2,4 milliards d’euros » assénait Michel-Édouard Leclerc lors d’une récente interview accordée à LSA.

Archileader du circuit

Avec un tel volume de chiffre d’affaires, l’enseigne peut revendiquer une place d’archileader : en France 1 € sur 2 dépensés en drive l’est chez E. Leclerc. Depuis 2007 et l’ouverture du premier drive E. Leclerc à Roques-sur-Garonne par Pascal Payraudeau, le système a prouvé son efficacité. En 2010, celui qui a initié l’aventure au sein du groupement sentait déjà le succès à venir. « Dès lors que j’ai démontré que le drive marchait, ça a été une explosion », déclarait-il. Aujour­d’hui, avec 600 unités pour un parc de 652 magasins, les drives ont fait plus qu’essaimer, sans préférence particulière pour le modèle accolé ou déporté. On dénombre ainsi environ 250 unités accolées à un magasin E. Le­­clerc. Et 350 drives solo, une spécificité de l’enseigne car, à part Chronodrive qui est un modèle purement drive, la préférence des distributeurs est à la complémentarité magasin-entrepôt.

De vraies usines à vendre

En quelques années, le territoire français s’est couvert à grande vitesse de drives (3 200 aujour­d’hui) dans une optique de prise de parts de marché et d’occupation du terrain, sans parfois réfléchir à la rentabilité. Ouvrir des drives, c’est bien. Gagner de l’argent avec, c’est mieux, et en la matière, Leclerc sait y faire. Il y a un an, LSA avait obtenu des données précises sur ses sites, avec des enseignements précieux. Alors que le seuil de rentabilité admis pour un drive est autour de 3 à 4 M€, la moitié du parc E. Leclerc était au-dessus de cette ligne de flottaison financière. Et certains drives sont de vraies usi­nes à vendre : on recensait alors 16 entrepôts dépassant les 10 M€ de ventes, 27 les 9 M€ ; 48 les 8 M€ ; 70 les 7 M€ et 96 les 6 M€. Et 134 atteignaient plus de 5 M€.

Compte tenu des objectifs ambitieux d’E. Leclerc en matière de vente en ligne, la montée en puissance, quoique ralentie en termes d’ouvertures, n’a pas encore don­né de réel signe d’essoufflement. Et on imagine, demain, que ces sites pourront être des relais précieux pour le développement de l’e-commerce dans l’enseigne, en même temps que des plates-formes d’apprentissage incompa­rables des comportements et besoins des acheteurs en ligne, ce qu’ils sont déjà. Aujourd’hui, les vaisseaux amiraux de la flotte que sont les E. Leclerc Drive d’Ajaccio Baléone et de Reims Saint-Brice-Courcelles luttent à distance, avec des modèles et des infrastructures très différents, pour atteindre, voire dépasser les premiers la barre des 20 M € – que seuls quelques Auchan Drive auraient tutoyée. Peu de formats et encore moins d’enseigne peuvent se targuer d’une telle réussite en moins de dix ans !

Une montée en puissance éclair

Nombre de drives du réseau E. Leclerc et chiffre d’affaires généré, de 2007 à 2015

Sources : E. Leclerc

Le rythme des ouvertures a ralenti, mais pas celui des ventes, qui continuent de progresser à vive allure. Certains drives frôlent les 20 M€ de CA annuel, tel celui d’Ajaccio Baléone (photo).

Les chiffres

  • 598 : le nombre de drives E. Leclerc à fin avril 2016, dont 248 accolés et 350 déportés, sur un parc de 652 magasins
  • 24 M de commandes 2015 (+ 24% sur un an)
  • 6,7% du CA hors carburants d’E. Leclerc en France réalisés par les drives

Sources : E. Leclerc, LSA Expert

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2417

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA