"Sur nos 1500 magasins français, 900 sont à refaire à neuf", Arnaud Meheust, cogérant de Lidl france, responsable de l’immobilier

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

L'ÉVÉNEMENT DE LA SEMAINEINTERVIEW La rénovation du parc de magasins est la face la plus visible de la transformation de Lidl, avec plus de confort d’achat, dans des magasins plus grands et plus agréables. Arnaud Meheust, cogérant de Lidl france, responsable de l’immobilier, a répondu aux questions de LSA.

Arnaud Meheust, cogérant de Lidl france, responsable de l’immobilier
Arnaud Meheust, cogérant de Lidl france, responsable de l’immobilier © Sylvie Humbert

LSA - Le changement actuel de Lidl repose notamment sur une transformation profonde du parc. Comment ce chantier a-t-il été décidé ?

Arnaud Meheust- En 2012, nous avons mené une grande analyse portant sur les 1 634 magasins que nous avions à l’époque. Cela a débouché sur une stratégie pour chaque magasin [et une augmentation de la surface moyenne, portée de 800 à 1400 m², NDLR]. 130 fermetures ont été effectuées sur trois ans. Notre parc, dont nous sommes propriétaires à 90%, est très hétérogène, parfois même pourri, car issu d’un héritage compliqué : Lidl a du godiller entre les différentes réglementations successives portant sur l’immobilier commercial. Nous voulons maintenant le rendre beaucoup plus homogène.

LSA - De quelle manière ?

A. M. - Sur les 1 500 magasins actuels, 900 sont à refaire à neuf. 240 le seront à la fin de l’année. C’est un investissement conséquent car il faut compter environ 4,5 à 5 millions d’euros pour refaire un point de vente (en incluant le prix du foncier). Il s’agit dans 80% des cas de transferts agrandissements et, pour 20%, de démolitions reconstructions. Sur les transferts effectués, cela donne des progressions des ventes à trois chiffres.

LSA - Et comment se répartissent ces magasins ?

A. M.- Trois concepts coexistent. Le plus répandu correspond à celui qui ouvrira à Montauban, dans le Tarn-et-Garonne, en janvier 2016 et servira de modèle. Il s’étend sur 1 400 m², et concerne 800 magasins. Ensuite, nous avons un format pour les grandes villes, avec une surface moyenne de 1 700 m². Il fait toujours la même longueur standard de 64 mètres, mais compte une allée supplémentaire en largeur. Cela représente 10 à 15% de nos magasins. Vient ensuite le format City, comme à Paris, ou nous ne voulons plus descendre sous les 900 m².

LSA - Vous comptez également beaucoup sur votre logistique

A. M. - Oui, car nos magasins sont livrés tous les jours ! Notre parc logistique compte 25 entrepôts. Cela ne va pas bouger, mais 19 sont à refaire sur le modèle de la chapelle d’Armentières, inauguré fin octobre [35 M€ d’investissement, NDLR]. Lidl France travaille en « reverse logistique » : chez nous, les déchets sont un centre de profits. On espère d’ailleurs valoriser 95 % de nos déchets à quatre ans. Saviez-vous que les sacs poubelle utilisés en magasins viennent de nos emballages recyclés? Et les emballages plastique vont, à terme, servir à faire des palettes Lidl. Dans le même ordre d’idée, nos cartons prêts à vendre se valorisent très bien après leur vie en rayon.

LSA - D’autres évolutions sont-elles prévues ?

A. M. - Dans les prochains développements, nous prévoyons l’installation de bornes de recharge rapide pour les véhicules électriques en trente minutes, ce qui est le temps moyen des courses chez Lidl. Et nous allons certifier nos entrepôts en Breeam [un standard de construction portant sur les économies et l’efficacité énergétique, NDLR].

LSA - Au-delà de la modification du parc, un redémarrage de l’expansion est-il envisagé ?

A. M. - Entre 2012 et 2015, nous avons révisé le parc. Et sans doute laissé de côté la création. Mais le potentiel est là, il repose surtout sur la région parisienne, la zone Rhône-Alpes, ou le Sud-Est. Le parc idéal pour Lidl en France c’est 18001900 magasins. Notre philosophie n’a pas changé. Nous ne sommes pas inscrits dans une révolution, mais c’est un changement.

Propos recueillis par M. l., J. D., J. P. et Y. P. 

Son parcours

Diplômé d’un institut de formation commerciale, le cogérant immobilier de Lidl France est âgé de 46 ans. Après un début de carrière chez Lidl France comme responsable de vente secteur, il est ensuite devenu directeur régional, avant d’être nommé responsable du parc de 1 500 magasins de l’enseigne.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2390

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA