Sur son blog, Michel-Edouard Leclerc soutient la filière porcine

|

Alors qu’il sort ce mardi 9 juin 2015 d’une réunion organisée par Stéphane Le Foll au ministère de l’agriculture, avec les représentants de la distribution et de l’industrie agroalimentaire, Michel-Edouard Leclerc commente cette actualité sur son blog.  

Le Mouvement E.Leclerc confirme qu’en attendant des réformes structurelles incontournables, il répond favorablement aux demandes des éleveurs et des pouvoirs publics.
Le Mouvement E.Leclerc confirme qu’en attendant des réformes structurelles incontournables, il répond favorablement aux demandes des éleveurs et des pouvoirs publics. © LAETITIA DUARTE

"J’ai confirmé que l’enseigne E.Leclerc allait donner un gros coup de collier pour booster la filière porcine française, répondant ainsi favorablement aux sollicitations des éleveurs et des pouvoirs publics», écrit Michel Edouard Leclerc sur son blog, tout juste sorti d'une réunion organisée par Stéphane Le Foll au ministère de l’agriculture. 

Le distributeur note cependant que «c’est aux pouvoirs publics qu’il revient d’exiger des partenaires européens  qu’ils fassent respecter les législations sociales et environnementales qu’on impose à nos propres agriculteurs. De même, seul l’Etat peut imposer une régulation de la fréquence, de la durée, du montant des promotions. Les dernières sanctions prises par l’Autorité de la concurrence à l’égard des pratiques de prix sur le marché du lait ou même du porc démontrent que les initiatives privées ne peuvent qu’être cautionnées par l’Etat ».

Un fonds de soutien?

Il ajoute, toujours sur son blog, « Personnellement, j’ai été plus sensible à la demande de professionnels d’impliquer tous les acteurs du secteur (éleveurs, fournisseurs de céréales, transformateurs et distributeurs) dans un fonds de soutien à la modernisation de la filière. Et comme eux, je pense qu’un tel organisme devrait pouvoir être abondé par tous les acteurs de la profession mais aussi pouvoir bénéficier des financements publics dans le cadre du projet de soutien à l’innovation et à la croissance française (Investissement d’Avenir) et même des financements prévus dans le cadre du Plan Juncker »

Le Mouvement E.Leclerc confirme "qu’en attendant des réformes structurelles incontournables, il répond favorablement aux demandes des éleveurs et des pouvoirs publics. Il s’agit principalement de booster les achats sur le marché coté qui établit le prix directeur  pour toutes les autres ventes. Et quitte à pratiquer des marges plus faibles, d’accroître les ventes hors promotion pour développer la demande et résorber les stocks".

Quelques mesures

Michel-Edouard Leclerc en profite également pour détailler quelques mesures si «les modalités sont encore à affiner et s’il reste à obtenir l’aval de la puissance publique sur les questions de droit de la concurrence» :  

1- Les outils industriels d’E.Leclerc (dont l’abattoir de Kermené dans les Côtes d’Armor) continueront d’acheter exclusivement français (et évidemment breton !). C’est un choix qui continuera d’être complètement assumé, quels que soient les écarts de prix avec les autres marchés européens.

2- Les abattoirs de Kermené privilégieront leur approvisionnement sur le marché au cadran par rapport aux approvisionnements directs. Ils invitent tous les autres professionnels à procéder de la sorte, de manière à ce que les cours du marché de Plérin soient plus représentatifs des transactions sur le marché du porc.

 3- Les centres E.Leclerc confirment qu’à la demande des pouvoirs publics, ils organiseront leurs opération d’achat et de vente de manière à soutenir le marché français dans la perspective d’atteindre un prix du porc au cadran proche de 1,40€ le kg.

 4- Enfin, les centres E.Leclerc appliqueront scrupuleusement, le cas échéant,  un arrêté encadrant les promotions si tel était le projet ministériel. Les syndicats d’éleveurs étaient demandeurs. Qu’il en soit ainsi. On me permettra tout de même ici d’émettre des réserves sur les effets pervers que ce dispositif risque d’engendrer sur la consommation, tant il est vrai que le consommateur conditionne fortement ses achats à cette intensité promotionnelle. Il ne faudrait pas qu’on se retrouve avec des stocks supplémentaires qui repèseraient à la baisse sur les prix.

5 – Quel que soit l’effort réalisé par les centres E.Leclerc et ceux annoncés par le groupe Intermarché, de telles initiatives ne produiront d’effets positifs que si les autres opérateurs s’engagent à leur tour. Ce midi, l’ensemble des distributeurs français semblent vouloir soutenir le processus. A les entendre ! Je demande cependant à Stéphane Le Foll de tenir le même discours aux hard-discounters allemands. Après avoir fait beaucoup de promesses aux éleveurs lors du dernier salon de l’agriculture à Paris, on attend de nos collègues hard-discounters, des initiatives en ce sens.

6 – Le dispositif de solidarité lancé ce midi autour de Stéphane Le Foll doit, pour être efficace, être accompagné d’un engagement de soutien des grandes marques industrielles type Herta, Fleury Michon, etc. Ce midi, l’ANIA n’avait pas encore bouclé son tour de table. Soit, mais demain, il ne faudrait pas, profitant de l’écart de cours avec les marchés espagnol et allemand, qu’elle nous « dumpe » le marché français. Au fond, le meilleur moyen de s’assurer de leur contribution, c’est qu’elle garantisse aux éleveurs un pourcentage d’achat plus raisonnable sur le marché français..

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA