Surcouf cherche à essaimer en province

On a longtemps cru que Surcouf, la « foire » permanente de l'informatique du XIIe arrondissement de la capitale resterait un phénomène typiquement parisien. Ce ne sera probablement pas le cas. Le 8 juillet, la société créée en 1992 par Olivier Dewavrin et Hervé Collin, inscrira à la cote du Second Marché de la Bourse de Paris 10% de son capital.

Le but de l'opération est de lever les capitaux nécessaires au développement de l'enseigne. Si aucune croissance externe n'est envisagée aujourd'hui, les patrons de Surcouf ont en projet l'essaimage de leur concept en Ile-de-France et dans les grandes métropoles régionales françaises. D'ores et déjà, des ouvertures à l'ouest de Paris et, surtout, à Lyon, sont prévues pour les mois à venir. Des implantations seraient également en vue à l'étranger dans des villes comme Londres et Barcelone.

Au terme de l'exercice 1998 (clos le 30 septembre), Surcouf devrait afficher un chiffre d'affaires de 800 millions de francs. Une performance quand on sait que ses ventes sont réalisées par trois biais : le magasin parisien de 10 500 m2, la vente par correspondance et la vente aux entreprises. L'enseigne table sur un résultat net de 14 millions de francs en 1998 et de 30 à 40 millions pour l'exercice suivant (grâce à des ventes qui pourraient dépasser le milliard de francs). Pour assurer sa réussite en province, Surcouf compte s'appuyer, comme à Paris, sur un service après-vente pointu et sur de nombreuses animations dans les magasins relayées par une myriade de démonstrateurs (250 dans le point de vente existant).

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1592

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message