Suspense autour de la licence 7-Eleven en Chine

Les magasins de proximité 7-Eleven sont déjà implantés dans le sud de la Chine, gérés par le distributeur hongkongais Dairy Farm International, mais la direction américaine de 7-Eleven vient de faire savoir qu'elle ne se prononcerait pas avant le début de l'année prochaine pour accorder une ou plusieurs licences pour le reste du pays. D'ores et déjà, 4 candidats sont sur les rangs pour la licence sur la zone de Shanghai : le Japonais Ito-Yokado, le Taiwanais President, le Hongkongais Dairy Farm et le Thaïlandais CP Group. L'enjeu est de taille, surtout si cette licence concerne l'ensemble du pays.

Dairy Farm paraît le moins bien parti malgré ses 50 magasins à Shenzhen et Canton. Plus petit des franchisés (414 magasins à Hongkong), il essuie des pertes depuis deux ans. CP group est très actif en Thaïlande (1 700 magasins prévus fin 2001), mais ses opérations chinoises doivent digérer le gigantesque centre commercial qui va bientôt ouvrir à Shanghai.

Reste les deux challengers. En fait, on se demande pourquoi la question est posée puisque, avec 72 % du capital de la maison mère, Ito-Yokado (8 400 magasins) n'a qu'à faire connaître sa décision. « Les Japonais sont tentés, mais ne veulent pas aller seuls en Chine », explique une observatrice du secteur. Il ne faut pas sous-estimer les différences culturelles. D'autant que la première vague d'investissement japonais dans la distribution chinoise s'est révélée catastrophique. Ce qui laisse une opportunité au groupe President qui gère actuellement le parc de 7-Eleven le plus rentable au monde (2 700 magasins). Kao Chin-yen, PDG de President, estime qu'il a « une chance sur

deux ».
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 0057

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous