Système U monte en puissance, Intermarché en embuscade

|

Les transferts d'enseigne du début de l'année commencent à porter leurs fruits. Système U profite ainsi à plein de l'apport des 46 magasins de Coop Atlantique, tandis qu'Intermarché vient d'obtenir le feu vert pour la reprise de 15 points de vente Altis.

Il y a quatre ans, U occupait la cinquième place, à 8,6 % de part de marché. Aujourd'hui quatrième, avec 0,8 point d'avance sur Auchan (ici, le magasin des Arcs).
Il y a quatre ans, U occupait la cinquième place, à 8,6 % de part de marché. Aujourd'hui quatrième, avec 0,8 point d'avance sur Auchan (ici, le magasin des Arcs).© DR

Cette barre des 10% de part de marché, Système U l'attendait pour 2012. Mais peut-être pas si tôt dans l'année. « Le groupement franchit un cap historique ! », s'enthousiasme ainsi Dominique Schelcher, président de Système U Est, sur son compte Twitter, à la publication des données mensuelles de Kantar Worldpanel, courant sur la période du 20 février au 18 mars, que LSA s'est procurées. Il y a quatre ans, à la même période, Système U pointait seulement à 8,6%. C'est dire le chemin parcouru. À l'époque, U était la cinquième enseigne française, 0,3 point derrière Auchan. Elle est aujourd'hui quatrième, avec 0,8 point d'avance sur sa concurrente nordiste.

Le groupement présidé par Serge Papin bénéficie évidemment de l'apport de 46 magasins autrefois sous enseigne Carrefour, passés sous son giron à l'occasion du partenariat signé avec Coop Atlantique. Officiels depuis le 5 janvier, ces transferts donnent maintenant leur pleine mesure, et cela devrait se poursuivre tout au long de 2012, qui s'annonce donc comme un grand cru pour Système U.

Éternels champions ?

Et, déjà, on devine quelles seront les autres enseignes à tirer leur épingle du jeu. À savoir Leclerc, comme toujours - le groupement breton en est à 57 périodes de croissance consécutives -, et aussi Intermarché.

Si les performances du premier sont devenues habituelles, on ne doit pas oublier à quel point elles sont exceptionnelles. Leclerc a gagné 2,4 points depuis 2008, et creusé l'écart par rapport au deuxième : Carrefour, à l'époque, pointait à 2,5 points du leader. Las, le numéro deux mondial s'est depuis écroulé, passant, pour ses hypers, de 13,5% de part de marché à 11,5%. Et Intermarché, désormais sur la deuxième marche du podium, se trouve à 5,8 points de Leclerc. Un gouffre.

Il n'empêche. Si Intermarché est loin derrière Leclerc, son dynamisme est plus qu'appréciable. Ses enseignes gagnent 0,9 point sur la dernière période. « Et ce sans prendre en compte l'apport des magasins Altis », explique-t-on chez les Mousquetaires.

Autorisée seulement vendredi 6 avril par l'Autorité de la concurrence, la reprise desdits magasins, battant jusqu'à l'année dernière pavillon Carrefour, n'est en effet pas encore comptabilisée dans les parts de marché d'Intermarché, mais, en négatif, dans celles de Carrefour. Et pour cause : si les MDD Intermarché sont entrées dans les linéaires, les points de vente sont encore sans nom, arborant seulement une banderole, peu ragoûtante, indiquant « l'hyper devient Intermarché ».

Ce seront d'ailleurs finalement non pas 20, mais 15 unités qu'Intermarché va reprendre, l'Autorité de la concurrence ayant relevé que, « dans les zones de chalandise de Céret (66), Mauléon (64), Vic-Fezensac (32), Creysse (24) et Fleurance (32), l'opération aurait conféré à Intermarché des parts de marché très importantes et réduisait trop fortement le nombre d'enseignes présentes ». Ces 15 points de vente, qui vont arborer les enseignes Intermarché à partir de début mai, vont mécaniquement apporter entre 0,2 et 0,3 point aux Mousquetaires.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2223

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous