Système U Ouest valorise les déchets de ses magasins

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le distributeur a créé une plate-forme de tri et de recyclage des déchets non alimentaires dédiée à 400 de ses magasins et intégrée à sa supply chain. Une fois traités, ils sont revendus aux filières spécialisées.

U Eco Raison

Le tri des déchets prend une nouvelle dimension, à la fois écologique et économique, chez Système U Ouest. La plus grande région de Système U a investi 1,2 million d'euros pour créer une véritable déchetterie interne de 3 400 m², accolée à la plate-forme logistique de Nantes (60 000 m²), qui livre les magasins de la zone en DPH ou liquides. Cet outil, inédit en France, permet de traiter chaque année 5 000 tonnes de déchets non alimentaires issus de 400 supers et hypermarchés, soit 90% des magasins de la zone Ouest. Les déchets sont revalorisés par filières, les recettes dégagées revenant aux magasins.

 

Réduction des coûts

Les catégories concernées sont larges : plastiques, polystyrène, cintres plastiques, aluminium... . Tout cela, désormais, fait l'objet d'un tri puis d'une valorisation par le site nantais avant d'être revendu aux filières de recyclage spécialisées, pour une seconde vie. « Auparavant, la plupart de ces déchets finissaient à la benne », signale Alban Grazélie, associé du magasin de Châteauneuf-sur-Sarthe (49), et président de la structure U Eco Raison, maître d'oeuvre sur le sujet, dans le groupement.

Avec ce dispositif, le groupement ne va pas gagner de l'argent, mais il évite d'en perdre, résume le président de U Eco Raison. « Nous ne faisons pas de bénéfices, mais nous réduisons nos coûts. Le simple fait de mettre ses déchets à la benne coûte 120 € la tonne à un magasin. Là, nous équilibrons les coûts engagés, en matière de transport et d'investissements. » Une approche d'autant plus « gagnante » que le poste « déchets » est en inflation pour les points de vente. « Le coût de mise à la benne est passé de 80 € à 120 € en cinq ans seulement », témoigne Alban Grazélie.

 

Lier le social à la logistique

Les recettes dégagées par la revente des déchets sont ensuite reversées aux associés et aux magasins, en fonction de leur volume de déchets triés. En huit mois, 900 000 € ont déjà été redistribués. Au préalable, chaque magasin cotise à U Eco raison, en versant 3 à 5 € par balle de déchets, afin de couvrir les coûts logistiques.

L'originalité du dispositif de Système U Ouest est d'avoir complètement intégré cette plate-forme dans sa supply chain, en s'appuyant sur la logistique retour. Un schéma vertueux. « Les camions qui livrent les magasins récupèrent au passage leurs déchets, qui reviennent vers Nantes et la plate-forme centralisée de tri », explique Jean-Luc Rolland, directeur supply chain de Système U Ouest.

Les magasins apportent leur écot de deux manières. D'abord, les employés qui font la mise en rayons trient les déchets au fur et à mesure. « Cela prend plus de temps qu'avant, lorsque tous les déchets atterrissaient indistinctement à la benne, reconnaît Alban Grazélie. Pour les bacs de poissons, notamment, il faut détacher le papier sur le polystyrène. »

Ensuite, les magasins stockent les déchets pour atteindre un certain volume. Alban Grazélie prévoit par exemple d'y dédier 200 m². Qui serviront, aussi, à accueillir les presses à balles, nécessaires pour compacter ces déchets. De nombreux points de vente sont équipés d'une presse pour le carton, déjà trié chez U. Idéalement, il faut y ajouter deux autres presses, l'une pour le plastique, l'autre multiproduit. Un investissement de 9 000 € à 45 000 €, selon le matériel choisi, qui doit être compensé dans le temps, par la revente des déchets.

 

Vers les déchets fermentescibles

Ce volontarisme humain et économique s'inscrit dans la démarche plus globale de U Eco Raison, la « marque » qui synthétise la politique de développement durable du groupement.

Ce nouveau volet de tri vient ainsi s'ajouter à celui du carton. Actuellement, 45 000 tonnes de cette matière sont traitées par an chez Système U Ouest. « Là encore, les balles sont réalisées par les magasins et massifiées, mais sur les huit plates-formes régionales du groupement, dont celle de Nantes, avant d'être directement expédiées chez les recycleurs », explique Jean-Luc Rolland. Une démarche qui va encore être améliorée en augmentant le poids des balles, pour optimiser encore le chargement des camions de 22 tonnes en logistique retour. Système U Ouest recherche aussi à mettre au point des solutions pour les déchets alimentaires cette fois-ci, dits « fermentescibles ». Des démarches pionnières qui devraient peu à peu se généraliser dans tout le groupement.

LES PRODUITS CONCERNÉS

  • 4 000 t/an de plastiques

Il s'agit des plastiques souples utilisés pour les palettes. Les plastiques durs sont aussi traités. Tous sont triés, extrudés puis regranulés pour retourner dans la filière plastique.

  • 400 t/an de polystyrène

Il s'agit surtout des caisses de poissons. Les étiquettes et les élastiques sont enlevés avant le passage en presse, puis constitués en balles. Sur la plate-forme U Eco Raison, les polystyrènes sont compactés pour constituer des « pains » de 50 kg, qui partent chez le recycleur.

  • 200 t/an de cintres en plastique avec embout métallique

Les magasins font des box ou balles de cintres, qui sont ensuite compactés sur la plate-forme. Les balles de 350 kg partent chez les recycleurs.

  • 50 t/an d'aluminium

Les fonds de tarte du rayon viennoiserie, les moules de quatre-quarts... sont traités par balle de 450 kg et revendus à la société Paprec, qui les refond.

  • 20 t/an de piles

Collectées en magasin, elles sont massifiées par U Eco Raison, qui les revend à Corepile, l'organisme agréé.

Les chiffres

  • 50 000 tonnes de déchets triés et revalorisés en interne chaque année

- Dont 45 000 t de cartons sur les huit plates-formes logistiques du groupement Ouest

- Et 5 000 t de plastiques, aluminium ou polystyrènes, sur le nouveau site de Nantes

  • 900 000 € de recettes annuelles, en revendant les déchets triés et revalorisés
  • 1,2 M€ ont été investis dans la plate-forme nantaise de tri
  • 400 magasins trient leurs déchets, soit 90% des unités de Système U Ouest
  • 9 000 € à 45 000 €, le coût d'une presse à balles pour magasin
  • 120 € le coût d'une mise à la benne d'une tonne de déchets non revalorisés

Source : Système U Ouest

LES DIFFERENTES ETAPES

HALL DE STOCKAGE

  • 5 000 t de déchets par an sont traitées à Nantes. Deux semi-remorques de déchets arrivent chaque jour chargés de balles des magasins, qui sont stockées et triées dans un premier espace. Et deux autres repartent chaque semaine avec un chargement trié et compacté.
PRESSE MULTIDÉCHET
  • Cintres plastiques, plastiques souples... Tous les déchets non polystyrènes passent successivement dans une presse pour finir en balles homogènes de 450 kg, qui seront revendues aux filières adéquates.
UNE PRESSE POUR LE POLYSTYRÈNE
  • Le polystyrène est trié et compacté dans une presse spécifique, où il est constitué en « pains » de 50 kg. Seules 3 à 5% d'impuretés sont tolérées pour garantir la revalorisation des balles expédiées. Elles permettront de réaliser des pare-chocs ou des pots de fleurs.
PERSONNEL « SOCIAL »
  • Le site emploie 7 à 10 personnes, selon l'activité. Toutes sont en réinsertion professionnelle par le biais d'organismes comme les Esat, notamment. Elles dépotent les balles et filtrent manuellement les impuretés, les balles finales devant être homogènes pour être recyclées.

Carnet des décideurs

Martial Ferrandis

Martial Ferrandis

Directeur des achats DPH et non alimentaires de la Centrale Envergure

Franck Marinho

Directeur enseignes Système U

Didier Deverchere

Didier Deverchere

Directeur des achats liquides de la centrale d'achats Envergure

Patrice Buchard

Patrice Buchard

Directeur de la filière BVP chez Système U

Jérôme Coulombel

Directeur juridique du département contentieux de Carrefour

Sébastien Dierick

Président Système U Nord-Ouest

Thierry Boltz

Président de Système U Est

Frederic  Lecoq

Frederic Lecoq

Directeur de la filière PGC chez Systeme U

Elisa  Blanchard

Elisa Blanchard

Directrice des ressources humaines adjointe de la coopérative U.

Patricia Ligonie

Patricia Ligonie

Directrice marketing et de l'expérience Client de Système U

Christine Auberger

Christine Auberger

Directrice marketing et expérience client de Système U

Sandra Lossy

Sandra Lossy

Directrice numérique de Système U

Nicolas Bringer

Nicolas Bringer

Président-directeur général de Système U Sud

Sandrine Burgat

Sandrine Burgat

Directrice de la communication de Système U

Benoît Bourassin

Benoît Bourassin

Président du comité stratégique Proximité de Système U

Jérôme Demoisy

Jérôme Demoisy

Acheteur vins chez Système U

Jean-Baptiste Hespel

Jean-Baptiste Hespel

Directeur de la communication, de la stratégie et du repositionnement de marque de Système U

François Mbody

Secrétaire général de Système U

Byzery Anne

Directrice juridique de Système U

Ronan Le Corre

Ronan Le Corre

Directeur général délégué de Système U Ouest

Pascal Millory

Directeur commercial de Système U

Yves Petitpas

Yves Petitpas

Médiateur interne du groupement

Florence-Anne Coumel

Directrice des ressources humaines de Système U

Daniel Maruzzo

Directeur général délégué de Système U Est

Guillaume Darrasse

Directeur général délégué de Système U

Serge Papin

Serge Papin

Ancien patron de Système U

Marc Prou

Marc Prou

Président de Système U Sud

Daniel Gournay

Président de Système U Nord-Ouest

Bertrand Gardès

Directeur général de Système U Sud entre 2005 et 2015

Gérard Monzon

Gérard Monzon

Directeur général d’U Proximité Sud Ouest

Laurent Francony

Directeur qualité sécurité sociétal environnement au sein de Système U et président d'Ecofolio

Bruno Cazorla

Bruno Cazorla

Directeur des achats PGC de la centrale nationale de Système U

Denis Aubé

Denis Aubé

Président de Système U Ouest

Dominique Schelcher

Dominique Schelcher

Président-directeur général de Système U

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2248

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA