Marchés

Système U s’engage avec Terrena dans une filière porcine plus qualitative

|

Serge Papin a signé avec Terrena la mise en place de toute une filière sur le porc. La coopérative, qui co-signe les produits sous la marque Nouvelle Agriculture, devient ainsi l’unique fournisseur pour les UVCI du rayon porc de l’enseigne U.  

Dix références issues de ce partenariat arriveront en linéaires le 4 mars
Dix références issues de ce partenariat arriveront en linéaires le 4 mars

« Un engagement inédit et de profondément moderne » c’est en ces termes que Guillaume Garot, ministre délégué à l’agro-alimentaire, a salué le partenariat entre ces deux structures coopératives.

Système U et Terrena viennent en effet de signer un accord inédit (pour trois ans reconductible tacitement) qui engage toute la filière porcine. « L’idée est de réguler un marché du porc qui connait trop de décrochages avec des promotions à 2.50 euros le kilo. Mais bien sûr, nous avons des concurrents et nous sommes dans le match, on ne s’opposera pas à des promotions au rayon coupe pour rester compétitif » assure Serge Papin , président de Système U.

Des garanties au stade de l'élevage

Les 50 000 porcs qui sont dans cette démarche sont étiquetés bleu-blanc-cœur, c’est-à-dire qu’ils bénéficient d’une nourriture à base de lin, de luzernes et de céréales françaises. Terrena, qui garantit aussi le bien-être de l’animal au stade de l’élevage, se charge ensuite de l’abattage et de la transformation via Elivia.

28 éleveurs sont à ce jour impliqués dans la démarche pour fournir les étals LS de Système U « A terme, nous espérons bien doubler voire tripler ces volumes » confie Hubert Garaud, président de Terrena.

Double étiquetage

En rayon, cette filière devient le seul fournisseur des unités de vente consommateur industrielle (UVCI). Dès le 4 mars, 10 références prendront place en rayon; une gamme de saucisserie complètera l’offre au 1er avril. Les barquettes seront étiquetées U porc mais aussi Nouvelle Agriculture. Cette signature, déjà présente sur la viande lapins, est pour l’instant exclusive à Système U pour la viande de porc.

2 commentaires

NPK

20/02/2014 04h35 - NPK

La vraie bonne nouvelle aurait été d’annoncer adopter ce que les Italiens font à Parme depuis plus de dix ans : ajouter un peu de chabasite à l'alimentation animale, une roche volcanique qui réduite en poudre améliore le process digestif et augmente le confort de l'animal en diminuant drastiquement la production d'ammoniac dans l'air, de nitrates et de phosphore dans les lisiers...

Plus de nuisances olfactives pour le voisinage, et prévention de la pollution de l’air, des cours d’eau et des nappes…

Le Nouvel Obs, le Monde, 20minutes et même Ouest France ont tout récemment révélé cette approche "100% naturelle" qui est l'un des secrets les mieux gardés des éleveurs de la région de Parme...

L'Italie a résolu ses problèmes d'algues vertes et de nuisances olfactives depuis dix ans grâce à cette roche, alors que le phénomène récurrent en Bretagne ne fait que s'aggraver...

Ça, c'est de la vraie news… également pertinente sur le plan environnemental…

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

npk

20/02/2014 04h33 - npk

Oui, mais même si c’est une superbe initiative, c'est un peu une vraie fausse bonne nouvelle : le fait de nourrir quelques porcs "aux graines de lin et aux céréales locales" ne va pas diminuer les rejets azotés des porcs, contributeurs nets de la pollution aux nitrates et donc co-responsables de la prolifération des algues vertes sur nos côtes... Et cela ne concerne que 50,000 porcs... sur les 12 millions par exemple produits rien qu'en région Bretagne ! Une goutte d'eau au milieu d'une tempête de forte marée...

On a un peu l'impression d'un simple effet d'annonce juste avant le catastrophique reportage de France 2 ce soir dans le cadre d'Envoyé Spécial sur l'élevage porcin qui pointe clairement la responsabilité de la Grande Distribution dans la course au low cost, conduisant à produire toujours moins cher (surtout à l'achat pour le distributeur qui paye à l'éleveur 1,50 euros du kilo ce qu'il revend jusqu’à... 10 euros !) et donc toujours plus polluant…

Si Serge Papin est sincère dans sa démarche, il faut clairement passer à une échelle supérieure et surtout prendre en compte avec les éleveurs et la collectivité la bonne gestion amont des rejets porcins…

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter