Système U vise la plus forte croissance de la distribution alimentaire en 2012

|

Fort de l’apport des 46 magasins de Coop Atlantique, ralliés depuis le 1er janvier, et de sa croissance « naturelle », le groupement de commerçants Système U table sur une hausse de 8,4 % de ses ventes hors carburant en 2012 à 17,4 milliards d’euros, contre 16,07 milliards (+5,6 %) l’an dernier. Le tout avec des niveaux de prix qu’il espère stable.

Serge Papin, président de Système U
Serge Papin, président de Système U© DR

Cette progression permettra au groupement de passer le cap symbolique des 10 % de parts de marché alimentaire (contre 9,3 % en 2011), vraisemblablement dès cet été, et représentera « la plus forte croissance de la distribution alimentaire en 2012 », a souligné Serge Papin, le président de Système U, ce matin, mardi 24 janvier lors d’une conférence de presse à Paris. Au total, les enseignes U prévoient d’ouvrir ou d’accueillir 106 magasins de plus cette année, soit 196 000 m².

Une baisse de la consommation à prévoir
Dans le détail, la prévision de croissance 2012 de l’enseigne s’appuie évidemment sur l’apport des 7 hypers U, 23 Super U et 16 U Express de Coop Atlantique qui ont généré un CA de 689 millions l’an dernier, soit environ 0,4 point de marché, plus les 0,3 point de part de marché de croissance annuelle « naturelle » que Système U génère bonnant mallant chaque année depuis 10 ans. Elle intègre aussi précise Guillaume Darasse, directeur général de la centrale nationale, une croissance de la population de 0,7 à 0,8 %, une baisse de la consommation d’environ 1 % - déjà perceptible depuis novembre avec une baisse des volumes de PGC vendus – et une inflation de 1,75 % sur l’année, dont les effets se feront surtout sortir au premier semestre. Pour autant, l’enseigne ambitionne de ne pas augmenter ses prix en 2012 (en 2011, ils avaient augmenté de 0,86 % alors que l’inflation des PGC s’est établie à 1,78 %). «Nous offrons des croissances des ventes de 8 à 10 %, auxquelles nos fournisseurs seront forcément sensibles », indique Serge Papin pour qui la hausse moyenne des tarifs de 5,8 % proposée à l’heure actuelle par les principaux fournisseurs n’est pas acceptable
Selon Serge Papin, « L’ambition du groupement dans les 5 ans est de dépasser les 12 % de part de marché pour figurer dans le trio de tête de la distribution alimentaire en France ». Un quart de ces 2 points de marché supplémentaires viendront de nouveaux ralliements a précisé le président des U : « Cela représente 10 à 12 magasins ralliés par, on les aura sans problème. »

Un tacle à Leclerc
Les responsables du groupement en ont profité pour répondre à Michel-Edouard Leclerc, président des centres du même nom, qui s’interrogeait hier sur son blog sur la rentabilité des modèles de drives qui s’appuient sur la méthode du picking en magasins, développé et défendu par Système U, par rapport aux drives accolés ou déportés, chers à Leclerc. « A 3,7 millions d’euros de chiffre d’affaires en moyenne pour au moins 1 million d’euros investi, la rentabilité des drives déportés n’est pas non plus avérée, surtout si l’on réaffecte tous les coûts (logistique, immobilier, etc…) », a taclé Guillaume Darasse, le directeur général de Système U.
Cela n’empêche pas le groupement de vouloir tester « prudemment » le modèle. Deux drives déportés sont effet prévus en 2012, dont l’un aux Herbiers qui est en construction et un autre en projet non loin de Mulhouse. En attendant, les 417 drive courseU.com ont généré 1 million de commandes et 125 millions d’euros de CA en 2011 et devraient dépasser les 200 millions d’euros cette année. Le tout sans affecter visiblement la rentabilité des magasins U puisque leur marge nette moyenne après IS progresse à environ 1,9 % du chiffre d’affaires et que « notre objectif 2012 est de maintenir cette rentabilité » a expliqué Serge Papin.
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message