T3 2018 : JD.com annonce la plus faible hausse de son CA depuis 2014

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Malgré un triplement de son bénéfice net, l’e-commerçant chinois déçoit les analystes car son chiffre d’affaires ne progresse que de 25%, sa plus faible hausse depuis son introduction en Bourse en 2014.

Siège JD.com Pékin
Siège JD.com Pékin© LSA

Le bénéfice net de JD.com a triplé sur un an au troisième trimestre 2018, passant de 1 à plus de 3 milliards de yuans, soit de 140 millions à 430 millions de dollars. L’e-commerçant chinois récolte les fruits de ses investissements, notamment sur le marché du luxe : il a lancé fin 2017 une marketplace spécialisée dans les produits ultra haut de gamme baptisée Toplife. 

Mais le ciel n’est pas dégagé au dessus de JD.com, qui enregistre au troisième trimestre 2018 la plus faible hausse de son chiffre d’affaires depuis son entrée en Bourse en 2014. La société, dans laquelle ont investi Walmart, Google et le géant chinois des réseaux sociaux Tencent, annonce une hausse de ses ventes de 25,1% sur un an à 104,8 milliards de yuans (soit 15,3 milliards de dollars). Aux troisièmes trimestres 2017 et 2016, elles avaient progressé respectivement de 39,2% et 38% sur un an, à 12,6 et 9,1 milliards de dollars. L’entreprise annonce pour le quatrième trimestre une hausse de son chiffre d’affaires de 18 à 24%, alors que les analystes attendaient 23,5%. Les actions de JD.com ont perdu 8,44% de leur valeur le 19 novembre suite à l’annonce des ces résultats financiers, jugés décevants par les investisseurs. 

La croissance chinoise pique du nez

Le nombre d’utilisateurs actifs annuels de JD.com n’a progressé, entre septembre 2017 et septembre 2018, que de 14,6%, passant de 266,3 à 305,2 millions. Entre septembre 2016 et septembre 2017, il avait progressé de 34%. Un an plus tôt, cette hausse était de 57%. 

La société a perdu plus de 44% de sa valeur au Nasdaq depuis le début de l’année 2018, car la croissance faiblit en Chine : elle n'était au troisième trimestre 2018 que de 6,5%, son plus faible taux depuis 2008. La classe moyenne chinoise, inquiète à cause de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, est plus prudente sur sa consommation. JD.com a notamment vu ses ventes de produits à des prix élevés fléchir entre juillet et septembre 2018. 

Le patron et fondateur de l’e-marchand, Richard Liu, a également été interpellé pendant quelques heures aux Etats-Unis début septembre car il est soupçonné de viol. Il a été libéré rapidement, mais cette affaire, toujours en cours d’examen aux USA, est également venue tirer la valeur boursière de JD.com à la baisse.

Ce contexte pèse aussi sur ses concurrents, notamment le géant Alibaba, qui a annoncé au troisième trimestre 2018  la plus faible hausse de son chiffre d'affaires e-commerce depuis 2016. Pour aller chercher de la croissance, les deux e-commerçants chinois misent sur l’international et les villes rurales chinoises. 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA