Concepts de magasins

Tailor Corner, du sur-mesure à visage humain

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Tailor Corner, spécialisé dans la conception sur mesure de vestes, costumes et chemises, vient de revoir son concept. Il est maintenant mûr pour se déployer à plus grande échelle, assure son cofondateur.

L’heure est à la personnalisation. Appliqué à la mode, cela s’appelle le sur-mesure. Mais pas au prix du bon vieux tailleur traditionnel. Non, le sur-mesure technophile, qui use, sans en abuser, des vertus de la technologie. « Nous avons fait notre révolution digitale, aussi bien pour notre back-office qu’avec les bornes que nous présentons en magasins, pour nos clients », témoigne Mehdi Cheddadi, cofondateur de Tailor Corner, concept qui offre la possibilité de créer ses costumes, vestes et chemises sur mesure.

À l’ancienne, mais pas seulement

Sur ce même créneau, LSA vous avait déjà fait découvrir Les Nouveaux Ateliers et sa cabine de mesures en 3D. Ici, chez Tailor Corner, si le principe est le même, la mise en place est tout autre. « Notre parti pris est de penser que trop de technologie tue la technologie, souligne le cofondateur. Nous voulons mettre en avant un savoir-faire, celui du tailleur, mais remis au goût du jour et modernisé. »

Chez Tailor Corner, en effet, si on choisit librement sa coupe, cintrée ou droite, son col, ses boutons – leur nombre, leur forme et leur couleur –, l’emplacement des poches ou le coloris de la doublure, sans parler évidemment du tissu, de son grammage et de sa qualité, on garde encore les bonnes vieilles mesures à l’ancienne. « Nous travaillons avec 20 points de mesure de base et des systèmes de gabarits [des costumes, des vrais, NDLR] pour que nos clients puissent avoir une vision réelle, tactile, de ce que sera le produit fini », explique ainsi Mehdi Cheddadi.

Entre petit artisanat et mass-market

Cela donne, in fine, un mélange assez détonnant. Tailor Corner oscille sans cesse entre le petit artisanat et le mass-market, de même qu’entre le magasin physique et le virtuel. Détonnant mais pas déroutant : le mariage, en magasins, est réussi. Pour son concept, Tailor Corner a travaillé avec l’agence Generous, qui a organisé l’ensemble en un tout cohérent. On a, en mural, des murs de tissus présentant les couleurs. Dessous, ces mêmes tissus, qu’on peut toucher et soupeser. Une fois votre choix effectué, vous vous retournez pour faire face à la table de présentation, dotée de bornes tactiles. C’est alors un festival : à vous de faire preuve de créativité pour imaginer ce que sera votre costume, le vôtre, à vous et à vous seul.

Chacun de vos choix est immédiatement visible à l’écran, comme si votre création existait déjà : technologiquement, c’est très fort. Ne reste plus ensuite qu’à passer en cabine d’essayage pour prendre les mesures. Une vingtaine de points de base, on l’a dit, mais, là aussi, d’autres bornes pour davantage entrer dans le détail : jusqu’à la hauteur des épaules, à gauche comme à droite, car la symétrie parfaite est rarement de ce monde…

La personnalisation au prix du prêt-à-porter

Le ticket d’entrée, pour se payer un costume sur mesure, est fixé à 300€. « À ce prix, on est quasi au niveau du prêt-à-porter, mais avec cette personnalisation en plus », avance Mehdi Cheddadi.

L’idée est donc bien de dé­mocratiser ce marché du sur-mesure. Et de faire le pari de la fidélisation pour entraîner du « rachat ». C’est exactement ce qu’il se passe, d’ailleurs : le taux de rachat se situe entre 30 et 40%. Ce qui a permis à Tailor Corner d’écouler 25 000 pièces en 2014, pour 5 000 clients et un panier moyen de 450€. « Notre concept est mûr pour se développer », indique ainsi ­fièrement le cofondateur. En 2015, l’ambition est de doubler le parc – quatre boutiques à date – via un développement en franchise.

Nous voulons mettre en avant un savoir-faire, celui du tailleur, mais remis au goût du jour et modernisé.

Mehdi Cheddadi, cofondateur de Tailor Corner

 

  • 50 m² La surface moyenne nécessaire à la bonne expression du concept.
  •  4 Le nombre de boutiques : trois à Paris et une à Lyon.
  •  25 000 Le nombre de pièces vendues en 2014 (avec, jusqu’en octobre, 1 seul point de vente).

Sources : Tailor Corner

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA