Tati obtient un sursis de quatre mois

|

BRÈVESLe tribunal de commerce de Paris a donné une période d'observation de quatre mois à Tati, dont la mise en cessation de paiement a été connue le 28 août.

Les deux administrateurs judiciaires qui ont été nommés devront évaluer la société et présenter un plan de restructuration d'ici au 2 janvier 2004. Lors de l'audience qui s'est déroulée à huis-clos, Fabien Ouaki, pdg de l'enseigne, a affirmé qu'il pouvait encore sauver l'entreprise. Il a exposé son projet : revenir au Tati ancienne formule qui ne vendait que des lots d'invendus et restructurer le parc de magasins, ce qui passerait par la vente d'un certain nombre. A sa sortie, il a mis en avant des explications d'ordre conjoncturel, la guerre en Irak, la canicule..., mais aussi "un litige avec l'un des nos transporteurs" (Giraud, ndlr). "Nous allons nous battre pour que Tati continue en l'honneur de ses clients", a déclaré l'homme déchu.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter