TELEMARKET, le rescapé du commerce à distance

|

Créé à l'époque du Minitel, Telemarket a du mal à s'imposer à l'ère d'internet. Après une valse des dirigeants, l'enseigne, qui n'a jamais été rentable en 25 ans, est sous le contrôle de Système U.

PHOTOS DR / © WILLIAM CROZES

Avoir raison trop tôt n'est-il pas finalement avoir tort ?

Telemarket, pionnier du commerce alimentaire à distance, au milieu des années 1980, n'a jamais été rentable... Dit comme cela, le choc est rude. Surtout après plus d'un quart de siècle d'existence. Ce qui permet tout de même de saluer la ténacité des équipes et des repreneurs qui, au fil des ans, s'y sont tous cassé les dents. Le dernier en date se nomme Système U, depuis un mois, et compte rendre Telemarket « rapidement profitable, sans doute fin 2012 ». Un discours que tous ont tenu dans le passé, sans jamais réussir à passer des paroles aux actes. Système U y parviendra-t-il ? Telemarket, rebaptisé U-Telemarket, y joue sans doute sa survie. Mais Serge Papin, président de Système U, se veut serein. Il estime arriver au bon moment. « Qui, aujourd'hui, ne croit pas à l'e-commerce ? », scande-t-il .

 

Et si, finalement, tout était affaire de « timing » ?

Se lancer dans l'aventure du cybermarché dans la France des années 1980 était en effet un peu prématuré. Reste que Telemarket, en dépit de bien des vicissitudes, est toujours là, rescapée de toutes les bulles. Un bel exploit. Et le mérite en revient à un visionnaire, Éric Guilhou. En 1985, il crée Telemarket, avec la volonté de professionnaliser et rationaliser un procédé aussi vieux que le commerce : la livraison à domicile. Les commandes se font d'abord par téléphone puis, dans la foulée, par Minitel, alors à la pointe de la technologie. Il n'est pas rare de voir l'homme grimper lui-même les étages des immeubles parisiens, pour livrer ses premiers clients. Malin, il parvient à attirer plusieurs sociétés de renom, telles les groupes Vivendi et Monoprix.

 

En 1989, le groupe Galeries Lafayette

prend le contrôle de Telemarket Il y restera jusqu'en 2005, prenant le virage d'internet en 1998 mais peinant à décoller : l'enseigne ne pèse que 40 millions d'euros en 2003-2004, pour à peine 40 000 clients. Ses propriétaires ne croient plus à leur ex-future pépite. Telemarket est alors repris par son directeur général, Olivier Le Gargean, en 2005, associé à Roland Coutas, qui a fait fortune avec Travelprice. Le groupe connaît un bref regain de forme, pointant à 66 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2008, avant de tomber, l'an dernier, à 49 millions seulement, sous l'ère d'Emmanuel Casabianca, nouveau directeur général depuis 2010. Désormais sous le contrôle de Système U, Telemarket entend se recentrer sur Paris et la région parisienne. Avant de prendre enfin son envol ?

TELEMARKET EN DATES

1985 Création de Telemarket, pionnier du commerce alimentaire à distance, avec un système de commandes par téléphone puis par Minitel.

1989 Prise de contrôle par le groupe Galeries Lafayette.

1998 Telemarket se lance sur internet.

2004 Telemarket tourne autour de 40 millions de chiffre d'affaires, pour 40 000 clients environ. Insuffisant pour être rentable.

2005 Telemarket est repris par Olivier Le Gargean, son directeur général, et Roland Coutas.

2009 Telemarket s'adosse à la centrale d'achats de Casino, après un partenariat avec Monoprix.

2010 Emmanuel Casabianca devient DG alors que Telemarket atteint les 300 000 commandes annuelles. Insuffisant pour assurer la rentabilité.

2011 Rachat par Système U. Telemarket va devenir U-Telemarket.

EN CHIFFRES

49 M€ de CA en 2010. En 2008, au meilleur de sa forme, Telemarket culminait à 66 M€.

150 salariés.

20 000 m² d'entrepôt à Pantin, pour les livraisons à Paris et en région parisienne.

1 300 commandes chaque jour.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Article extrait
du magazine N° 2189

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message