Tendances produits de beauté été 2015 : mincir en toute simplicité

|

Pas de miracle. L’action des soins amincissants reste cosmétique, mais ils peuvent apporterune réelle amélioration de l’aspect de la peau, tout comme les compléments alimentairespeuvent être une aide au régime. Les acteurs s’attachent à développer des produits pratiques.

87663955
87663955© © Thinkstock / dr

Contrairement aux solaires, les produits minceur ont rayonné l’année dernière. Côté soins amincissants, les cosméto­textiles ont tiré le marché. En effet, ces vêtements pèsent 44% du chiffre d’affaires des amincissants en hypers et supermarchés, selon Iri.

Un résultat impressionnant pour un secteur où évoluent surtout deux acteurs : Mixa et Nivea. Premier à s’être lancé en 2011, Mixa dispose d’une gamme entière comprenant shortys, leggings et, depuis peu, collants. Nivea n’a sorti son shorty qu’en janvier?2014. « La minceur, c’est souvent un geste supplémentaire, contraignant, dans la routine des femmes. La tendance est donc à le simplifier pour le rendre plus quotidien. C’est ce qui explique le succès durable de la cosmétotextile. Ces vêtements minceur, faits de textiles aux propriétés massantes, drainantes et qui contiennent de la caféine encapsulée aux vertus amincissantes, peuvent être portés tous les jours, sous tous ses vêtements », analyse Victor Charlot, chef de groupe Mixa. Pour ses collants, la marque assure que l’amincissant est actif jusqu’à 30 lavages du produit. Et même après la disparition du cosmétique, les collants ont toujours une action sur la cellulite, grâce à une fibre céramique qui active la microcirculation.

Au vu du succès de son shorty, Nivea lance, cette année, des leggings remodelants et raffermissants. Tous ces produits sont vendus entre 15 et 25?€ et participent fortement à la valorisation des soins amincissants. En effet, en 2014, le marché de la minceur a augmenté de 6% en valeur, et seulement de 1% en volume.

Côté soins « classiques », « les consommatrices attendent simplicité et “sensorialité”. D’ailleurs, les acteurs ont fait de réels progrès sur les textures. Avant, les crèmes étaient très collantes, difficiles à appliquer. Ce temps est révolu. Les textures, mais aussi les parfums, sont plus agréables. Cela ne doit plus être une corvée pour les femmes », remarque Maude Descours, chef de groupe corps et capillaires chez Yves Rocher.

 

La percée des cosmétotextiles

Le succès des cosmétotextiles vient surtout de leur facilité d’utilisation. Il suffit deles enfiler. Les principaux acteurs, Mixaet Nivea, poursuivent le développementde leurs gammes. Le premier lancedes collants, le second des leggings.

Buvez, éliminez

En grandes surfaces, la minceur estle premier segment des compléments alimentaires,et les acteurs du marché proposent chaque année des innovations. Par exemple, Juvamine lance un SOS minceur à base d’artichaut à boire, quiaide à affinerla silhouette.

Cure express

Yves Rocher renforce sa routine minceur avec une Cure ultraconcentrée zones rebelles. En seulement sept jours, la marque déclare que l’aspect de la cellulite est réduit de 20 %, la peau paraît plus lisse et plus ferme.

Efficacité immédiate

Comme dans d’autres segments du soin du corps, de nouvelles formules sont, en effet, apparues, à l’instar des huiles anticellulite, qui, là aussi, rencontrent un vrai succès, comme celles du Petit Marseillais et de Mixa. « Certes, plaisir et praticité sont importants, mais l’efficacité reste le premier critère d’achat, tempère Maude Descours. Les consommatrices veulent un résultat immédiat, visible et concret. Les capitons doivent être lissés, l’apparence de la peau améliorée. » Dans cet esprit, Yves Rocher lance une Cure ultraconcentrée zones rebelles. « Elle contient notre actif phare, la gamma-mangoustine, extrait du mangoustan, mais de façon dix fois plus concentrée que dans notre sérum minceur », détaille la chef de groupe. En sept jours d’application matin et soir, la marque déclare que l’aspect de la cellulite est réduit de 20 %, et la peau plus lisse et plus ferme. Une promesse qui séduira les pressées. « Cette cure s’inscrit dans notre gamme minceur Clé végétale », ajoute Maude Descours. Pour satisfaire aussi les utilisatrices sur le long terme, Yves Rocher propose donc un gommage pour préparer la peau, un sérum à appliquer au quotidien et un complément alimentaire à boire.

« La minceur est le premier marché des compléments alimentaires », affirme Hélène Martinon, directrice marketing de Juva Santé. Et en 2014, le segment a explosé. Selon Iri, en hypers et supermarchés, les ventes des produits à promesse minceur ont représenté 48,7 millions d’euros, soit+ 45,8% par rapport à 2013 !

 

Pas de cannibalisation

La forte demande oblige les acteurs à développer leur offre. Ainsi Juvamine propose divers produits sur ce créneau, dont des brûle-graisses en comprimés et une référence à boire à base d’artichaut. « Il n’y a pas de cannibalisation entre les différentes galéniques. Certains consommateurs préfèrent les versions à boire, d’autres les gélules », souligne Hélène Martinon.

Les Laboratoires Vitarmonyl ont sorti en 2014 une gamme Aqualigne qui marche bien, et sa gamme Alinéa Minceur, créée il y a dix ans, est première de l’offre brûle-graisses, selon la marque. « Mais ce ne sont pas des produits miracle. Ils peuvent être une aide précieuse, mais pour maigrir, il n’y a pas de secret, il faut changer son alimentation et faire du sport », conclut Fabrice Cahierc, directeur général des Laboratoires Vitarmonyl.

M. B.

44% du chiffre d’affaires des amincissants sont réalisés par les cosmétotextiles

Source : Iri, CAM au 1er février 2015, en HM + SM

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2358

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres