Tendances produits de beauté été 2015 : solaires, bronzer sous haute protection

|

Mieux avertis des méfaits des rayons ultraviolets sur la peau, les consommateurs recherchent des produitsà indice élevé, mais agréables à appliquer. En retour, les professionnels apportent leur lot de réponses.

467989865
467989865© © Thinkstock

Des frontières floues entre solaires et soins

De plus en plus de soins, notammentpour le visage, intègrent des filtres UV. Cette tendance se retrouve aussidans le maquillage avec les BB crèmes. À l’inverse, les produits solaires s’inspirent du soin. Par exemple, Écran,la marque des laboratoires Genesse, lance cette année une crème solaire anti-âge. Elle est enrichie en collagène ainsiqu’en vitamines C et E, pour lutter contreles rides et les taches solaires. Nivea, pour sa part, a développé un lait après-soleil à appliquer sous la douche. Enfin, L’Oréal Paris étonne en proposant une BB crème pour les jambes ! Cette BB Summer, sous la griffe Sublime Bronze, est formulée avec des agents correcteurspour dissimuler les imperfections des gambettes et leur apporter un effet hâlé.

 

La météo maussade de l’été a, sans surprise, fortement touché le marché des solaires en 2014. Tous les circuits ont souffert en juillet et en août. « Les ventes en parapharmacies ont été bonnes au printemps et sur l’année. Elles ont compensé les pertes de l’été », commente Emily Mayer, directrice d’unité chez Iri. Cela n’a pas été le cas dans les autres circuits. En grande distribution, sur ces deux mois, le marché accuse une baisse de 32,3% en valeur et de 30,7% en volume, toujours selon Iri, par rapport à la même période l’année précédente. « Dans ce contexte difficile, on remarque que ce sont les hautes à très hautes protections qui résistent le mieux, contrairement aux protections moyennes à faibles, qui dévissent davantage », constate Victor Charlot, chef de groupe Mixa.

 

Tendance mondiale

Les consommateurs recherchent, en effet, une meilleure protection. Une tendance qui se retrouve d’ailleurs au niveau mondial. « Le marché est principalement porté par la protection solaire. Les après-soleil ont une croissance moins dynamique, et les autobronzants sont, eux, en perte de vitesse », constate Hassina Chekkal, directrice marketing international pour le soin du visage chez Yves Rocher. Ce besoin de protection explique les bonnes recettes de la parapharmacie au printemps 2014. Les marques de ce circuit proposant des produits ayant des indices élevés. D’ailleurs, les solaires pèsent 5,2% de l’hygiène-beauté en parapharmacie, contre seulement 1,7% en hypermarchés et en supermarchés, toujours selon Iri.

« Les messages médiatiques sur l’importance de la protection et les effets néfastes du soleil sur le vieillissement de la peau se sont multipliés. Ils sont relayés par des vidéos sur internet et par les blogueuses. Cela influence le comportement des consommatrices, poursuit Hassina Chekkal. De plus, elles ont enfin compris que la protection n’empêchait pas de bronzer. C’est un véritable tournant car, pour beaucoup de femmes, il n’est pas question de faire de concession sur le bronzage. »

25 %  : des Françaises utilisant un soin du visage optent pour un produit avec des filtres solaires

Source : Yves Rocher

 

45% des Françaises ressentent des besoins spécifiques pour leur peau en été

Source : Nivea

 

Résistant à l’eau

Ce sont donc à nouveau sur les hautes protections que les acteurs misent pour 2015. Ainsi, Mixa et Ambre solaire lancent des huiles solaires à ­indice SPF 50 (Sun Protection Factor) pour le premier, et SPF 50 + pour le second. « 50 + » signifiant qu’en plus des UVB et des UVA courts, le produit est également efficace sur les UVA longs. Les huiles font partie des nouvelles textures qui séduisent les consommateurs en quête de plaisir à l’application. « Les acteurs ont beaucoup progressé avec des solaires de plus en plus sophistiqués qui apportent une haute protection efficace, via des formules sensorielles résistantes à l’eau », observe Hassina Chekkal. Des progrès dont bénéficient les plus jeunes. Ainsi, Mixa propose un spray solaire Baignades au soleil. « Il résiste à l’eau pour une triple protection de la peau des enfants pendant la baignade : zones exposées, zones immergées, réverbération », assure Victor Charlot.

Le boum des huiles

Lovea, des Laboratoires Biocos, a été

pionnière sur le marché des huiles à haute
protection. La PME propose une huile
sèche SPF 50 depuis mars 2013.                                           
Spécialiste des peaux sensibles, Mixa vient de lancer une huile solaire formulée pour minimiser les risques d’allergie. Elle ne contient ni paraben ni parfum.
Garnier surfe aussi sur la mode des
huiles avec Ambre solaire.
La marque propose une référence
à l’indice SPF 50 +, qui contient
des filtres efficaces contre les rayons UVA longs.

Pour les enfants et les peaux sensibles

En effet, 40% du rayonnement UVB sont transmis dans 50?cm d’eau. Même dans l’eau, les plus jeunes sont exposés. Par ailleurs, la peau de l’enfant est plus fine et donc plus perméable aux effets des UV. « Ce spray, qui a l’indice le plus élevé contre les rayons UVB et UVA, est formulé pour minimiser les risques d’allergies. Il est hypo­allergénique, sans paraben et, comme tous les produits solaires Mixa, sans parfum », précise Victor Charlot.

Les adultes aussi sont à la recherche de produits adaptés à leur peau. Selon une étude de Nivea, 45% des Françaises ressentent des besoins spécifiques pour leur peau en été. Sans parler du fait que de plus en plus de consommateurs déclarent avoir la peau sensible.

À côté des huiles, « les textures gelées, rafraîchissantes, sont appréciées en après-soleil », constate Virginie Raffait, responsable marketing des Laboratoires Biocos, propriétaires de la marque Lovea. « Les produits sont aussi plus faciles à appliquer grâce à des flacons-pompes, des sticks, des aérosols ou des sprays pouvant être utilisés même la tête en bas », souligne Hassina Chekkal.

Pour Virginie Raffait, « les produits nomades rencontrent également un vrai succès. Nos formats de poche lancés en 2014 ont très bien fonctionné ». Corine de Farme arrive cette année sur ce créneau, avec un lait corps et visage en tube de 50 ml. Cette taille, qui permet de glisser le solaire dans sa valise pour un week-end, n’est plus réservée aux voyages. « En effet, l’utilisation des solaires s’étend au-delà des vacances : on ne les retrouve pas que sur la plage, mais aussi dans le sac à main, dans des formats plus adaptés à notre mode de vie. » Certains consommateurs, davantage avertis sur les conséquences du soleil sur le vieillissement de la peau, les utilisent sous leur crème de jour. Surtout, les soins du visage et les produits de maquillage, à l’instar des BB et CC crèmes, revendiquent désormais une protection contre les UV. « La frontière entre les soins et les solaires est de plus en plus floue. Par exemple, les soins du visage intègrent tojours plus de filtres UV avec des indices SPF 30 et, même, parfois SPF 50 +. D’ailleurs, une femme sur quatre utilisant un soin du visage en France opte pour un produit avec des filtres solaires », chiffre Hassina Chekkal.

L’utilisation des solaires s’étend au-delà des vacances : on ne les retrouve pas que sur la plage, mais aussi dans le sac à main, dans
des formats plus adaptés à notre mode de vie.

Hassina Chekkal, directrice marketing international pour le soin du visage Yves Rocher 

 

 

Et à l’inverse, les acteurs du solaire s’inspirent des tendances des autres segments de la beauté. Ainsi, certaines protections pour le visage telles qu’Écran ont des propriétés anti-âge. ­Nivea surfe sur le succès des hydratants sous la douche pour lancer une version après-soleil. Quant à L’Oréal Paris, la marque va proposer une BB crème pour sublimer les jambes et leur apporter un hâle doré.

Yves Rocher, pour sa part, veut élaborer une routine complète, comme il peut en exister dans le soin. « Nous sommes en train de travailler sur une nouvelle génération de solaires qui sera lancée en 2016, annonce Hassina Chekkal. Cette routine permettra de préparer la peau au soleil, de la protéger efficacement pendant l’exposition et de sublimer le bronzage après. »

 

En gélules aussi

Et dans cet esprit, les compléments alimentaires permettant de préparer le bronzage ont trouvé leurs consommateurs. « Le solaire est le deuxième segment après la minceur en termes de part de marché des compléments alimentaires », explique Hélène Martinon, directrice marketing des laboratoires Juva Santé, le groupe à qui appartient Juvamine. Et pour 2015, la marque surfe sur les tendances et propose une référence anti-âge. Pour maintenir le capital jeunesse de la peau, sa formule est enrichie en co­enzyme Q10, actif bien connu en cosmétique, et que Nivea, notamment, utilise dans ses soins du visage anti-âge.

Et si Juvamine rappelle qu’« une crème solaire avec un fort indice de protection reste le premier réflexe à adopter », la marque croit à une approche globale via une complémentarité des produits par application cutanée et de ses références par voie orale. « L’innovation est primordiale sur ce marché. Il faut constamment apporter de nouvelles propositions aux consommateurs, que ce soit dans les actifs ou dans la galénique », conclut Hélène Martinon. Mais si l’innovation est clé comme dans tous les segments de la beauté, reste que la bonne santé des solaires dépend avant tout du soleil. En espérant qu’il soit au rendez-vous cette année… 

M. B.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2358

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message